Signataire des différentes conventions internationales portant sur les libertés individuelles, le Cameroun dans sa dernière constitution (1996) s’est fait un point d’honneur d’inscrire les libertés individuelles comme le socle de la société. Cependant l’article 347 bis du Code pénal punit « toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe » d’une peine allant de 6 mois à 5 ans de prison et d’une amende de 20 000 Fcfa à 200 000 Fcfa (31 à 305 Euro). Cet article viole le principe énoncé à l’article 4 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et des Libertés et réduit l’homosexualité au Cameroun en un délit du faciès. L’un des cas les plus récents est certainement celui des « 11 » jeunes hommes (dont 1 mineur) arrêtés arbitrairement, violentés, privés de la présomption d’innocence et jetés dans la prison centrale de Yaoundé où ils se font violer et y subissent de pires traitements depuis le 01 juin 2005.

Pour fournir la preuve de la ?culpabilité ? des ?11 ?, l’ordonnance N° 05-B4 Maj- 3241 de commission d’expert, signé par le substitut du Procureur de la République auprès du Tribunal de Première Instance de Yaoundé Centre Administratif le 07 septembre 2005, commettait un professeur en service au CUSS à Yaoundé de procéder à l’analyse de leurs voies anales, aux fins de déterminer s’ils s’étaient livrés à des rapports homosexuels lors de leur arrestation (22 Mai 2005). « Nous nous opposons fermement à ces pratiques dénigrantes et insultantes qui constituent une double violation des libertés individuelles les plus intimes. » déclare l’ADEFHO.

La stigmatisation et la discrimination dans tous ses aspects, le manque criant d’informations sur le VIH/Sida en rapport avec les personnes qui ont des relations homosexuelles, hommes ou femmes, les rendent vulnérables aux IST/VIH/Sida. Pour l’ADEFHO, « l’homophobie est une dynamique en faveur de l’extension de l’épidémie du sida au Cameroun, car elle pousse les individus à jouer un double jeu en usant de la stratégie de camouflage avec de multiples partenaires des deux sexes ».

Comment expliquer qu’en plein XXIe siècle les individus n’aient pas le droit d’assumer et de vivre librement leur homosexualité, au nom de prétendues « valeurs africaines », religieuses ou morales dans un pays libre et laïque ?

Face à un tel constat, nous, membres de l’ADEFHO au Cameroun, par le canal de l’association Warning, en appelons à la dépénalisation de l’homosexualité et à la condamnation de l’homophobie qui est une intolérable discrimination liée à l’orientation sexuelle, comme celle liée à la religion, à la race et/ou au genre.

Commentaires

Logo de modérateur Warning
mardi 13 juin 2006 à 17h27 – par  modérateur Warning

il y a 2 semaines / jeune gay

Réponse à l’article Appel en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité au Cameroun
salut suis un jeune camerounais de 24 ans vraiment la situation des gays au cameroun est deplorable et defaroble compte tennue de ce qui passe au cameroun vraiment je vois pas la place des gays dans ce pays je prend mon exemple j ai eté condamné a 6 mois pour avoir entretenue un rapport avec un homme agé d un an de plus que des lor je me sens triste et je ne sais plus faire comment marcher j aimerais qu on trouve quelques choses pour remedier a cette et j aimerais aussi participer a des associations pour la lutte contre l homophobie mon email c est toutpaul10@yaho.fr […].

 

Logo de modérateur Warning
mardi 13 juin 2006 à 17h36 – par  modérateur Warning

il y a 2 semaines / C. Raccurt

Réponse à l’article Appel en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité au Cameroun
Il est consternant d’apprendre qu’existent encore dans certains pays d’Afrique de telles pratiques révoltantes qui semblent appartenir à des temps révolus. Nonobstant l’appréciation que l’on peut avoir par rapport à l’orientation sexuelle de chacun, il serait temps qu’au plan général l’homosexualité soit enfin dépénalisée au Cameroun, ainsi que dans les autres pays africains qui continuent à stigmatiser cette orientation sexuelle ou à l’ignorer, comme si elle n’existait pas. Il est évident que ce déni n’est pas pour faciliter la promotion au sein de la population et tout particulièrement auprès des jeunes les bonnes pratiques de prévention des maladies sexuellement transmissibles dont le Sida… En 1959 (me semble-t-il, mais je ne suis pas sûr à 100% de la date), l’Organisation Mondiale de la Santé a enfin retiré l’homosexualité de la liste des maladies [*]. Cela fait bientôt un demi-siècle. Il faut encore attendre combien de temps pour que certains pays africains (dont le Cameroun) adoptent une attitude responsable sur ce sujet délicat au profit de leurs ressortissants qui n’ont pas fait le choix de cette orientation, tant il est vrai qu’elle s’impose comme une donnée incontournable aux intéressés qui n’en peuvent mais !

* note du modérateur : l’homosexualité a été retiré du manuel statistique et diagnostique des désordres mentaux (DSM-IV) par l’association américaine de psychiatrie (APA) en 1973. L’OMS a quant à elle rétiré l’homosexualité de sa liste des maladies mentales en 1992 (ICD-10).

 

Logo de pierre
lundi 19 juin 2006 à 17h38 – par  pierre

Triste constat que celui que doivent vivre mes freres africains au Cameroun et dans l’immense majorité de l’Afrique. De quel droit certain dirigeants politiques ou religieux se donnent ils le droit d’intervenir dans la vie privée de personnes dont le seul « défaut » est d’être tout simplement differents des autres. Pourquoi ne pas rejeter l’aveugle ou le boiteux. Pourquoi ne pas tuer également celui qui pense differement. Pourquoi ne nous entretuons nous pas mutuellement, nous qui sommes tellement different les uns des autres. 
L’homosexualité n’est pas un crime. Quel mal y a t’il a s’aimer entre hommes ou entre femmes. Preferez vous la guerre et son flot de larmes et malheur. Messieurs les dirigeants, vous qui voulez vous montrez superieurs et donner des conseils aux autres, faites preuve de tolerance envers le peuple qui vous a élu et laisser vos citoyens vivre leur sexualité comme bon leur semble. Il n’y a pas atteinte à l’état a ce que je sache !!!
Mes freres africains de quelques nationalite que vous soyez, sachez que je suis de tout coeur avec vous dans le dur combat face à l’obscurantisme et à l’homophobie. Courage, je vous aime tous.
Et bien sur je signe cette petition sans aucun remors ni etat d’âme et y joint mon email au risque de me voir insulter. Mais qu’importe car personellement je prefere pratiquer l’Amour que la haine.