Le Truvada est un médicament efficace contre le sida. Depuis de nombreuses années, il est autorisé et prescrit dans le cadre du traitement à l’infection du VIH. Mais son utilisation reste interdite comme prophylaxie pré-exposition (PrEP). Aujourd’hui, Warning souhaite, dans le cadre d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) l’élargissement de son utilisation et que soit permis un accès légal, médicalement encadré et immédiat à la PrEP en France. Cette RTU permettrait de rendre disponible cet outil, pour une durée de trois ans. Parce que l’utilisation préventive du Truvada serait une avancée dans la lutte contre le sida en France, Warning a alerté, dans une lettre envoyée le 5 février, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) sur l’importance de donner accès rapidement à la PrEP, via la RTU.

Contrairement à ce qu’affirment certains, les voyants pour la mise à disposition de la PrEP sont au vert. L’efficacité du Truvada en prise préventive est indéniable. Plusieurs études scientifiques ont prouvé qu’avec une bonne observance, l’utilisation préventive de cette molécule offre une efficacité comparable à celle du préservatif. Le rapport bénéfice/risque est largement positif, dans son utilisation actuelle. Alors pourquoi pas la PrEP ? La FDA (Agence du médicament américaine) s’est d’ailleurs prononcée, en juillet 2012, en faveur du Truvada comme outil de prévention aux Etats-Unis. Une position soutenue déjà auparavant ou depuis par plusieurs associations de santé et groupes d’experts (Conseil National du Sida, Aides, comité associatif Ipergay).

La RTU offrirait un cadre sanitaire et légal à son utilisation, en évitant certains mésusages. L’accès effectif à la PrEP, dans le cadre de cette RTU, permettrait de compléter l’offre de prévention déjà existante, tout en prenant en compte la réalité des pratiques sexuelles et affectives. Les chiffres sont clairs. Le nombre de nouvelles contaminations ne recule pas en France et l’épidémie demeure fortement concentrée, notamment chez les homosexuels masculins. Le constat d’une baisse constante de l’utilisation du préservatif doit inciter les pouvoirs publics à répondre à des besoins non-couverts.

En tant qu’association de promotion de la santé sexuelle des LGBT, Warning plaide pour les droits des individus à l’accès à une offre de prévention adaptée à leurs pratiques, sans jugement. Refuser la PrEP, c’est refuser d’offrir à certaines personnes la possibilité de se protéger et ainsi éviter de se contaminer. Autoriser la PrEP, c’est donner la possibilité de prendre soin de sa santé, c’est donner le choix de sa prévention.

 

A lire aussi sur le même sujet :

Pourquoi Warning soutient l’idée d’un accès à la PrEP via la RTU : http://www.thewarning.info/spip.php…