Paris, le 12 février 2016,
Emmanuelle Cosse vient d’entrer dans le gouvernement dirigé par Emmanuel Valls. Elle fait figure en quelque sorte d’antonyme politique de Christiane Taubira puisqu’ elle fait fi de ce que sont les valeurs progressistes fondamentales des écologistes, qu’hier encore elle revendiquait, portait et conduisait à la tête d’EELV, pour rejoindre un gouvernement porteur de la déchéance de nationalité.

Contrairement à beaucoup, à Warning, cette décision de «Realpolitik» ne nous surprend pas. Lorsqu’elle était à Act Up, Emmanuelle Cosse faisait partie d’une ligne  autoritaire qui refusait toute expression minoritaire. Toute expression divergente devait s’incliner devant la volonté majoritaire, voire se taire. En 2004, elle était une des plus anti-Warning, un groupuscule interne à ses yeux, dont les conceptions n’avaient pas droit d’expression. L’opposition passée d’Emmanuelle Cosse à Warning et depuis son itinéraire politique à EELV jusqu’à son entrée au gouvernement révèlent a-posteriori ce que fut la véritable nature d’Act Up et de sa direction, ainsi que les travers d’un système d’organisation politique en France sous la Ve République qui favorise les postures, les jeux de pouvoir et d’appareil, la communication au détriment du dialogue, de la circulation des idées et de véritables engagements fondés sur d’authentiques convictions qui ne tournent pas au gré des vents. Notre société française a un urgent besoin de sincérité et d’authenticité en politique. L’entrée de madame Cosse au gouvernement est pour elle le début d’une nouvelle carrière, elle est aussi la manifestation de la crise que traverse tout un système en fin de course.

Ce système est à bout de souffle. Ce « nouveau » gouvernement en est le symptôme. Warning pense qu’il est urgent de créer une véritable dynamique sociale, culturelle et politique, partant, non pas des appareils mais des désirs et aspirations des individus et des populations, en particulier des jeunes, une dynamique seule capable d’insuffler à nouveau de la vie. Nous sommes contre une « primaire » qui inclurait François Hollande et son gouvernement. Oui à une primaire des Gauches. Non à une primaire comprenant les tenants de la déchéance de nationalité.
Nous avons besoin de cohérence.

Contact : 06 63 09 50 50