Il y a à peine deux semaines, Warning, sous la plume de Frédéric Matray, mettait en ligne un article critique et un sondage à propos de la nouvelle campagne d’Act Up-Paris « le sida ne vous concerne pas ». Il s’agissait là de dénoncer une image peu créative et surtout trop polysémique pour être efficace d’un point de vue préventif et interprétatif, nonobstant des réalités socioculturelles infâmes sur les mutilations sexuelles dont sont victimes de nombreuses femmes dans le Monde.

Mais quand Act Up-Paris a une mauvaise idée, on dirait qu’ils la mènent jusqu’au bout, encore plus fort et plus loin que lorsqu’ils en ont une bonne. Et donc, après le visuel féminin, on nous sort quelques jours plus tard son équivalent masculin… Même position (assis jambes écartées), même asexualité (les organes génitaux effacés), même anonymat (cadrage qui coupe le visage), même slogan. On croit rêver (parle-t-on d’êtres humains ?).

Au delà de l’esthétique du corps qui nous est présenté sur ce visuel, qu’on appréciera ou pas, cette image est franchement inappropriée voire insultante pour tous les hommes – homosexuels, bisexuels ou non – et notamment ceux qui sont séropositifs. Car en effet, les implications émotionnelles et symboliques de cette campagne n’ont semble-t-il pas été prises en compte.

Lorsqu’on est séropositif, la vie sociale, familiale et professionnelle se trouve affectée à un point que seules les personnes concernées peuvent réellement comprendre. Et la santé mentale, l’estime de soi, la vie affective et la sexualité sont irrémédiablement bouleversées. Combien de séropositifs sont-ils obligés de cacher leur statut sérologique pour pouvoir avoir un semblant de vie normale et des relations sociales sereines ? Combien de séropositifs sont obligés de cacher leur sérologie pour avoir des relations sexuelles ? La plupart d’entre eux. Or là, le message est clair : si vous êtes séropositif – ou le devenez – vous n’aurez plus de sexualité puisque personne ne voudra prendre le risque, si infime soit-il (merci Mr l’inventeur des préservatifs, dieu vous bénisse), de coucher avec vous. Bref, vous serez symboliquement émasculé. Alors qu’il faut lutter activement pour la visibilité et la non stigmatisation des personnes séropositives, et notamment parmi les gais, Act Up-Paris enfonce le couteau dans la plaie d’une manière quelque peu outrageante pour ces dernières. Balançant ainsi symboliquement à la gueule des séropositifs la réalité quotidienne de leur sexualité transformée, voire de leur difficile asexualité subie, Act Up-Paris ne laisse ainsi qu’un seul choix à ces « monstres » sans tête ni queue : celui de s’adapter tant bien que mal à notre société qui rejette et ségrégue ! Autant ne faire ça qu’entre séropos alors ? Mais non, la séropréférence c’est mal rétorque alors Act Up ! Bref, restez dans votre merde, on vous montre juste que vous y êtes jusqu’au cou… Quel message de prévention efficace ! Quelle politique de prévention pragmatique ! Quelle avancée dans la lutte contre la discrimination des séropos !

Mais plus encore, cette émasculation symbolique nous renvoie dans les affres les plus profonds de l’hétérosexisme qui structure encore malheureusement les représentations symboliques de bon nombre de nos concitoyens. On sait bien qu’Act Up est un des grands et efficaces défenseurs des droits des personnes LGBT, et en tout cas le grand public l’a intégré en tant que tel. Or là, on nous montre un homme – certainement homosexuel au regard des gais et de ceux qui ne voient en Act Up que le porte-parole des droits des LGBT – qui n’a pas de sexe. Mais après tout, pourquoi un sodomite aurait-il besoin de testicules et de pénis ? Pourquoi un pédé aurait-il les attributs biologiques d’un homme ? Ce n’est qu’une femme après tout, puisqu’il utilise son anus comme un vagin. Pourquoi un gai aurait-il un sexe puisque la masculinité normative n’est réservée qu’aux hommes, aux vrais, ceux qui baisent des femmes. Bref, toutes ces sottises que les mouvements féministes et de libération homosexuel-le-s ont tant combattus sont remis symboliquement à l’ordre du jour par une campagne quelque peu mal pensée. Il ne serait pas étonnant que les esprits inconsciemment ou consciemment homophobes se lèchent paradoxalement les babines en voyant cette nouvelle campagne !

Vous êtes séronégatif mais vous ne vous protégez pas car « le sida ne vous concerne pas » ? Et bien voilà, en cas de séroconversion, ce que vous deviendrez : un séropositif qui aura conséquemment une vie sexuelle amputée, comme un eunuque ! Vous êtes séropositif et vous avez une vie sexuelle troublée, voilà ce qu’Act Up-Paris vous explique : il n’est pas question de psychologie, de soutien et de ré-apprentissage si votre sexualité est devenue compliquée à cause du VIH, c’est biologique enfin, comme si vous étiez un eunuque ! Vous êtes gai et l’on vous stigmatise souvent encore comme le vecteur principal de la diffusion du VIH dans notre société : ce serait bien si vous étiez eunuque ! Vous êtes homosexuel et séropositif : eunuque !
On peut d’ailleurs se demander où sont nos camarades Trans’ là-dedans ? Elles/eux qu’on « accuse » de ne pas avoir de sexe, et bien là, elles/ils sont servi-e-s ! Sont-elles/ils des trans-eunuques ou nous réserve-t-on une troisième partie de campagne où c’est le trou du cul qu’on effacera ?

Que l’on soit séropositifs ou séronégatifs, cette campagne « choc » n’en ai pas moins trouble, déshumanisante, dégradante, stigmatisante, et vide de sens. Car communiquer sur un problème sociétal au cœur de la sexualité tout en déniant le sexe est pour le moins antithétique voire absurde.

 

Campagne homme d’Act Up-Paris « Le sida ne vous concerne pas ? »

Commentaires

Logo de peter
vendredi 23 juin 2006 à 16h02 – par  peter

Tout à fait d’accord,

une fois de plus act-up nous fait de la comm, il y a en marre des gens qui se font de la tune sur le dos du SIDA…Tout ca c’est en effet très esthétique (les beaux slogans), un brin se narcisssisme et on tient le bout.

Désolé mais moi on ne me retourne pas en deux coups de cuillere à pot.

Je suis content et rassuré de voir enfin une association gay qui se préioccupe des vrais problèmes de sa,nté spécifique des gays avec tact et humanisme et de lire des articles enfin sain et crédibles. Merci à l’auteur de ce texte pour sa perspicacité d’esprit !

Moi la seule chose que j’ai vu de toutes ces associations, c’est jamais de l’aide mais du baratin et des problèmes…heureusement je n’ai jamis cotisé. La dernière fois ca remontait à 1995 au mag (jeune gays) ils m’ont entrainé dans les boites, les bordels et tout ça m’a dégouté de mon homosexualité. haureusement j’ai changé et aujourd’hui je fais la part des choses, je suis ni fier ni honteuse d’etre gay et serait demain à la marche des fiertés pour faire la fete et soutenir mes amis malades…Au faite je n’ai pas beaucoup vu de nigt-clubbers au chevet d’un très bon pote décédé en 1995 à mes tous débuts, j’avais à peine 16 ans !!!

Demain je penserais à lui…