D’après les statistiques de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et du Réseau Mondial pour l’asthme (Global Asthma Network), environ 334 millions de personnes sont atteintes et souffrent de l’asthme dans le monde. En effet, l’asthme est une affection des poumons de façon permanente ou chronique. Et les inquiétudes sur cette maladie sont multiples et varient d’une personne à une autre. Découvrez dans cet article les symptômes, les traitements ainsi que la prévention des crises de cette maladie.

Que savoir sur l’asthme ?

La maladie appelée Asthme est allergique et hétérogène et se caractérise par une irritation permanente ou périodique des voies aériennes provoquant des crises excessives. Ces crises se traduisent par des difficultés respiratoires de la personne atteinte. Cette affection se  caractérisée également par la toux, l’oppression thoracique, l’étouffement et la respiration qui siffle. Cette maladie est à l’origine de plus de 400 000 morts chaque année et connait une forte augmentation surtout chez les enfants.  

Les différents types ou stades de l’asthme

L’asthme est présent sous deux différentes grandes formes. La première est l’asthme intermittent qui signifie généralement que les symptômes n’existent pas à ce  niveau et sont limités. Ils sont exceptionnels et courts.

La deuxième est l’asthme persistant qui se manifeste par les crises et nécessite un traitement de qualité et efficace. Dans cette forme de l’asthme, on retrouve trois autres types d’asthme à savoir : l’asthme persistant léger, caractérisé par la présence des symptômes ou de  l’utilisation du bronchodilatateur une ou deux fois par semaine.

On peut également constater deux fois dans un mois l’asthme dans la nuit. Ensuite l’asthme persistant modéré, caractérisé par l’existence des symptômes quotidiennement. Le bronchodilatateur est également conseillé dans ce cas. Ainsi, dans un mois, l’asthme nocturne est constaté une fois au moins dans une semaine. Enfin l’asthme persistant sévère, caractérisé par la permanence des symptômes et la fréquence de l’asthme nocturne et l’asthmatique doit limiter le sport ou les activités sportives.   

Les causes endogènes de l’asthme

Les causes endogènes sont naturelles et font recours aux réalités génétiques. Elles sont innées, c’est-à-dire l’atopie. Ainsi donc, la probabilité chez un enfant (le nouveau-né) pour souffrir de l’asthme est à 10% et si les parents n’ont pas au préalable des antécédents. Quand l’un des parents de l’enfant est atteint, le risque pour l’enfant de contracter l’asthme s’augmente de 25% et de 50% ou plus quand l’asthme est présent chez les deux parents. Parmi les multiples causes endogènes, on peut également citer les émotions ou le stress qui  peuvent provoquer les crises de l’asthme.    

Les causes exogènes de l’asthme

S’agissant des causes exogènes de l’asthme, elles sont nombreuses et varient d’une personne à une autre et du type d’asthme. Nous pouvons distinguer :

  • les pollens ou les poils des animaux comme le chien, le chat et les acariens. Ce sont les allergènes ;
  • lorsque l’on s’adonne au tabagisme, on peut risquer l’asthme. Le tabagisme complique l’asthme chez les personnes déjà atteintes ;
  • lorsque l’environnement dans lequel vie l’individu n’est pas sain ; c’est-à-dire quand le milieu est pollué avec des odeurs nauséabondes et désagréables, le risque de souffrir de l’asthme est très fort et on peut également souffrir de l’asthme lorsque le milieu est humide ;
  • l’asthme peut-être causé par les infections bactériennes ou virales sans oublier les infections du poumon ;
  • dans les exercices physiques (le sport par exemple) qui exigent un grand effort, l’on peut contracter l’asthme et souvent ces activités physiques provoquent d’une manière ou d’une autre des crises ;
  • les personnes qui souffrent de l’obésité peuvent également souffrir d’asthme et dans ce cas l’asthme est compliqué et difficile à maitriser ou contrôler ;
  • la consommation de certains médicaments ou comprimés peut causer l’asthme
  • la ménopause peut provoquer l’asthme chez certaines femmes.

Autres causes de l’asthme

En réalité les causes de l’asthme sont ignorées. Mais généralement, il est héréditaire. L’asthme peut subvenir suite aux conséquences allergiques qui affectent les poumons de l’asthmatique. L’asthme peut-être causé par les allergènes comme :

  • le pollen dérivé des graminées, des arbres et des herbes à parasites ;
  • des poils et les écailles des animaux comme le poisson, chat, le chien, ce sont les phanères ;
  • des pourritures ou des moisissures de nourriture ;
  • des acariens de la poussière et des molécules de blattes ;
  • la rhinite allergique et l’eczéma peuvent provoquer l’asthme ;
  • les infections respiratoires ;
  • la polypose du nez et des cavités sont des facteurs déclenchant de l’asthme.

L’autre cause de l’asthme est l’ingérence ou l’intervention des substances tels que les noix ou les crevettes, les outils de conservation des boissons ou de certaines denrées et l’AAS, encore appelé acide acétylsalicylique et certains antibiotiques.

Les conséquences de la pollution issue de des industries et des automobiles (le dioxyde de soufre, les particules en suspension provenant des transports ou des moteurs diesel, l’ozone issu des gaz d’échappement ou l’oxyde d’azote issu des cuisinières à gaz et des moteurs) sont aussi des facteurs qui causent l’asthme.

Chez les personnes âgées ou adultes, l’asthme peut-être causé par le coton et le lin, par les peintures et les mousses, par l’odeur du parfum, par les céréales et les graines, par les détergents ou par des anti-inflammatoires, etc.

L’asthme peut également provenir des exercices vigoureux et les activités sportives qui nécessitent d’énergie ou d’effort, des infections virales et les odeurs fortes, le rire aux éclats et des cris, sans oublier les fumées ou la vapeur et  l’inhalation de l’air froid… et la liste est longue.

Les crises de l’asthme : les causes

L’une des manifestations de l’asthme est la crise remarquable chez les personnes souffrantes de ce mal. Les raisons des crises chez ces personnes sont nombreuses tout comme les causes générales de l’asthme. On peut donc les classer en plusieurs catégories :

La première catégorie est la crise déclenchée par les allergènes respiratoires ou pneumallergènes.

  • Les crises dues au pollen : les pollens sont engendrés par le vent qui viennent en contact des muqueuses de la respiration de l’Homme et une fois inhalée, quelle que soit la quantité, déclenche un rhume des foins, une irritation des yeux. Les pollens interviennent lorsque le temps est sec et venteux et dans la pollution, en ville comme au village.
  • les crises dues aux animaux domestiques : les animaux domestiques comme le chat, le chien, les lapins, les cobayes et mêmes les oiseaux sont souvent à la base des crises d’un asthmatique. La fréquentation de ces animaux domestiques n’est pas souvent à l’origine d’une crise asthmatique mais c’est plutôt leur salive, leur urine, les débris de leur peau morte et leurs poils qui peuvent provoquer les crises de l’asthme.
  • Les crises dues aux acariens : ce sont des araignées microscopiques qui se retrouvent dans la poussière dans les matelas, les rideaux, les lieux sales, les endroits poussiéreux et même dans les cheveux.
  • Les moisissures et les cafards encore appelés les blattes sont aussi à l’origine des crises de l’asthme.

La deuxième catégorie est la crise déclenchée par les infections respiratoires : elles touchent généralement des poumons le nez ou la gorge et les bronches. Les sinusites aussi à la base des crises asthmatiques et peuvent aggraver l’asthme.

La troisième catégorie est la crise due aux activités sportives : le sport est bien indiqué aux asthmatiques pour leur permettre de développer l’aptitude pulmonaire afin de consolider les muscles de la respiration. Toutefois, le sport peut provoquer les crises quand les exercices sont forts et fréquents.

La quatrième catégorie est la cause due à certains médicaments : certains médicaments dits bêtabloquants comme les antibiotiques (la pénicilline) ou l’aspirine comme les médicaments qui composent de l’acide acétylsalicylique et de certains médicaments pour traiter les douleurs dont l’ibuprofène et des anti-inflammatoires non stéroïdiens appelés AINS.

La cinquième catégorie est la crise due aux vapeurs et aux odeurs : les fumées issues du tabac, de cuisson, des cheminées ou des usines et les vapeurs sont à l’origine d’une crise de l’asthme. Les insecticides ou les vaporisateurs ménagers ; les solvants comme l’essence ou les dissolvants et l’inhalation des odeurs de certains parfums ou du chlore, du dioxyde de soufre sont également à la base des crises de l’asthme.

La sixième catégorie est la crise due par les règles ou menstrues.

L’asthme : les symptômes

L’asthme se manifeste de plusieurs manières que chez les enfants tant chez les adultes également. Il faut tout de même rappeler que les symptômes de l’asthme sont omniprésents chez les asthmatiques ou encore se manifeste souvent lors d’une exposition des différents allergènes. Ils peuvent réapparaître à tout moment. On peut énumérer entre autres symptômes :

  • la respiration devient sifflante chez la personne avec une difficulté et une complication. La personne respire par la bouche ;
  • la respiration peut devenir rapide ;
  • l’infection respiratoire régulière ;
  • la toux devient excessive, et ne peut plus être contrôlée par l’individu. Elle se caractérise le plus souvent par une faible intensité et devient de plus en plus sévère, chronique, sèche et avec une expectoration lors d’une activité physique ou dans la nuit ;
  • on constate un étouffement ou un essoufflement chez la personne ;
  • la sensation d’une pression dans la poitrine ;
  • quand l’asthme atteint un niveau plus élevé et devient grave, les symptômes sont souvent remarqués dans la nuit ;
  •  ce mal peut se manifester par une oppression thoracique ; une fréquence cardiaque élevée ;
  • par une irritation de la gorge ;
  • l’asthme peut se remarquer par un réveil précoce et une anxiété ;
  • l’inflammation permanente des différentes voies respiratoires ;
  • cette maladie se caractérise par les contractions momentanées des voies respiratoires (contraction des muscles ; gonflement de la muqueuse interne des voies respiratoires et la présence d’un œdème interne).

Pour reconnaitre la crise de l’asthme, il faut identifier chez la personne malade les signes suivants :

  • le picotement dans la gorge du malade et son nez coule ;
  • les éternuements répétés ;
  • le malade fournit un effort important dans son expiration ;
  • la crise de l’asthme peut se caractériser par des crises aiguës.

L’asthme : ses conséquences et complications

L’asthme est une maladie qui évolue et devient de plus en plus compliquée à la longue. Les conséquences de cette maladie se présentent comme suit :

  • la complication et la difficulté de la respiration de l’asthmatique ;
  • la régularité de la toux ;
  • le changement du mode de vie de la personne atteinte ;
  • l’asthme peut entrainer la mort du malade ;
  • la personne atteinte est limitée dans l’exercice de certaines activités ;
  • la première complication de l’asthme est nommée asthme aigu grave ou encore état mal ;
  • le bleuissement des ongles et les lèvres ;
  • l’asthmatique éprouve de difficultés à marcher et à parler ;
  • quand l’asthme se complique, le malade perd sa connaissance ou reste souvent confus ;
  • la contraction du poumon ;
  • la régularité de l’asthme surinfecté ;
  • les douleurs thoraciques, une toux sèche et une dyspnée capitale ;
  • les bruissements vésiculaires ;
  • la psychologie de l’asthmatique est atteinte et ce dernier risque d’un isolement ;
  • les difficultés d’accès à la fonction publique ou dans une société et même dans la famille (les préjugés sociaux) ;
  • la croissance de la personne sujette de l’asthme est réduite et ralentie.

Comment prévenir les crises de l’asthme ?

La prévention des crises de l’asthme est simple et claire. Il faudra :

  • éviter la fumée ou la fréquentation des lieux en fumées ;
  • éviter d’inhaler la poussière tout en limitant le balayage ;
  • éviter l’utilisation des produits désagréables avec des odeurs nauséabondes ;
  • éviter l’humidité ;
  • l’utilisation des produits anti-acariens est conseillée pour prévenir les crises de l’asthme ;
  • la couverture des matelas et les oreillers par les housses anti-acarien ;
  • l’utilisation du sommier à lattes ;
  • garder les couvertures et les draps propres ;
  • la fréquentation des animaux est proscrite aux asthmatiques, les tapis, les doubles rideaux et les moquettes sont strictement interdits ;
  • ne point s’exposer à la fraicheur ;
  • se protéger au maximum en se protégeant la tête et les yeux ; se laver régulièrement ;
  • consommer les médicaments contre les allergies ;
  • conserver ses aliments ou ses objets ;
  • éviter les cafards ;
  • l’échauffement progressif pendant un temps et s’abstenir des efforts en cas de pollution de l’air ;
  • éviter aussi les professions exigeants ou exposants aux produits irritants comme la peinture et le parfum ; les professions de l’eau comme le maitre-nageur et la boulangerie…

Les différentes méthodes de traitements de l’asthme

Le traitement de l’asthme se fait sous deux formes que sont : le traitement de crise, que le malade prend toujours même en bon état, ceci constitue un calmant pour l’irritation des bronches de l’asthmatique et diminuent le gonflement des parois de ses bronches et en détendant ses muscles afin de réduire la crainte de faire prospérer une crise de l’asthme. Ce type de traitement est efficace s’il se fait de façon régulière.

Ensuite le traitement de fond. Il a pour but de dilater les muscles en assurant l’ouverture des passages pour l’air. Ce traitement se fait au début ou au cours d’une crise d’asthme. Les deux traitements équivalent à chaque type d’asthme ou au niveau que le mal atteint.

L’asthme est une maladie compliquée et nécessite un bon traitement. Il y a aussi le sport qui constitue un traitement pour l’asthme. La consultation régulière d’un médecin est vivement souhaitée. Il faut également prendre des aliments riches en fibres soit les fruits  ou les légumes en quantité et en qualité.

Comment éviter les différents facteurs des crises de l’asthme ?

Pour traiter les crises de l’asthme, il faut :

  • l’utilisation des bronchodilatateurs béta-2 mimétiques comme ventoline, ventilastin novoliser, airomir, bricanyl turbuhaler ou salbutamol teva… 
  • l’utilisation des corticoïdes comme bétaméthasone arrow, zentiva, eg, biogaran oral ; betnesol comprimé ; célestène oral ; cortancyl ou dectancyl ; médrol ; prednisolone eg, mylan, cristers, sandoz ou zentiva et prednisone cristers, arrow, biogaran, eg, mylan, sandoz ou zentiva et solupred ;
  • l’utilisation du bromure d’ipratropium à inhalé;
  • le suivi régulier du traitement de fond ;
  • la consultation permanente du médecin ;
  • l’utilisation de bronchodual ; d’atrovent aérosol doseur ;
  • éloignement de tout facteur qui aggrave ou déclenche l’asthme ;
  • l’asthmatique doit avoir sa trousse comportant le bronchodilatateur d’action rapide ; le débitmètre de pointe ; le nom et le contact du médecin ou du pneumologue. dans la même trousse, il doit y avoir les corticoïdes en comprimés ;
  • prendre son traitement de crise une fois les symptômes constatés

En bref il faut noter que l’asthme est une maladie chronique et héréditaire. Il n’existe pas de méthodes de prévention ou de traitement pour guérir ou éradiquer définitivement cette maladie. Toutefois, l’asthmatique doit prendre ses précautions et suivre les différentes règles préventives pour se protéger et éviter au maximum les conséquences néfastes de ce mal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.