Nombreuses sont les personnes diagnostiquées au cancer de peau chaque année (plus de 80 000 en France). Mais le cancer de peau détecté est de types divers. Généralement, deux types de cancer de peau existent. Il s’agit du carcinome cutané et du mélanome. Ces deux cancers sont réguliers, et on peut parfaitement les traiter s’ils sont bien diagnostiqués.

Malgré les divers signes qui peuvent signaler un début de cancer, sachez que le mélanome est la forme de cancer de peau la plus redoutée. Un nombre considérable de personnes en souffre dans le monde. Autre que cette forme, le cancer de peau nait habituellement sous forme de région de peau anormale. Il est suivi d’un changement de couleur de peau et à n’importe quel endroit du corps. L’aspect des autres formes de cancer de peau autre que le mélanome dépend aussi du type dont il s’agit.

Manifestation de symptômes du cancer de la peau

Plusieurs sont les affections de peau qui peuvent conduire au cancer de peau. Il est donc très important de faire attention à toutes sortes de changement que vous remarquerez sur votre peau. Cependant, sachez que les premières manifestations du cancer de la peau passent sous silence. En majorité, le cancer de peau ne cause aucune douleur, aucune démangeaison ni aucun saignement.

La connaissance de la cartographie du corps

Ces cancers de la peau sont le résultat des conséquences d’une exposition accentuée au soleil. Cependant, il important de ne pas écarter le fait qu’ils ont aussi une origine génétique, et peuvent donc être causés par un système immunitaire affaibli, ou encore par des répétitions de brûlures avec des produits acides ou même toxiques.

Si vous remarquez une tache ou un grain de beauté avec aspect évolutif, alertez votre médecin. En cas de lésion ou un grain de beauté dont l’apparition est récente, de plaque ou de plaie qui ne cicatrisent pas, consultez un spécialiste. Surtout, s’il s’agit d’une zone  particulièrement exposée au soleil, il est nécessaire donc d’alerter son médecin.

Il est important de connaître normalement la cartographie de son corps afin de savoir quels comportements adopter en cas de tels symptômes. Pour facilement reconnaitre les signes d’un cancer de peau, une méthode spécifique a été élaborée. On l’appelle la règle ABCDE :

  • A = Asymétrie
  • B = Bords irréguliers
  • C = Couleur hétérogène
  • D = Diamètre de plus de 6 mm
  • E = Évolution

En  présence d’un de ces signes ou même de plusieurs, il faut immédiatement consulter un dermatologue. Voici quelques signes du cancer de peau qui ne trompe pas.

Les carcinomes

On remarque lors des examens que 70 à 80 % de carcinomes basocellulaires qui apparaissent sur le visage puis le cou.  Sur le nez où on les trouve régulièrement, on les retrouve à environ 30 %. Toutefois, on les retrouve aussi fréquemment sur les joues, autours des yeux et surtout à l’angle interne et sur le front.  

Le carcinome basocellulaire

Il se manifeste généralement de la manière suivante. Un grain de peau à la couleur chair ou parfois rosée, avec une apparence cireuse et quelque fois perlée. On le retrouve sur le visage, le cou ou les oreilles :

  • plaque rosée et lisse présent sur la poitrine ou sur le dos ;
  • présence d’ulcère qui ne guérit pas.

Ainsi donc, il est distingué quatre formes de carcinomes basocellulaires. Ces derniers sont cliniques et majeures :

  • Carcinome basocellulaire à bordure perlée ou plan

Elle est la forme la plus fréquente ; et laisse une plaque arrondie ou quelque peu ovalaire. Elle augmente de taille au fur et à mesure qu’elle progresse soit sur des mois ou des années. Elle est caractérisée par une bordure perlée (ce sont des perles carcinomateuses qui ne sont rien d’autre que de petites élevures de quelques millimètres de diamètre). Elles sont fermes, translucides et sont enracinés dans la peau, ressemblant un peu à des perles de culture avec des petits vaisseaux.

  • Carcinome basocellulaire nodulaire

Etant fréquente, elle est aussi caractérisée par une élevure translucide ayant ferme consistance. Elle possède un teint cireux ou blanc et quelque peu rosé avec de minuscules vaisseaux. Elle ressemble aux perles décrites un peu plus haut. Au cours de leur progression,  au-delà de 3-4 mm de diamètre, on remarque qu’il se creuse une dépression au centre, cela fait penser à un  volcan éteint. On remarque aussi que la  bordure translucide possède des mamelons. Ils sont fragiles et saignent facilement dans certains cas.

  • Carcinome basocellulaire superficiel

Dans presque la moitié des cas, il est le seul carcinome basocellulaire qu’on retrouve fréquemment sur le tronc et sur les membres. Il est caractérisé par la formation d’une plaque rosée ou parfois rouge à l’allure lente et progressive.

  • Carcinome basocellulaire sclérodermiforme

C’est un cas assez rare de carcinome basocellulaire. Il n’est présent qu’à 2 % dans les cas détectés. Il est caractérisé une plaque blanc jaunâtre, aussi cireuse comme les autres, mais dure. Ses limites sont difficiles à définir. On note dans ce cas une fréquente récidive, car son ablation est souvent insuffisante. Cela est dû à ses limites indéfinissables. Le médecin traitant intervient et retire ce qu’il remarque ; mais il en reste souvent autour de la zone opérée.

En générale, toutes les formes de carcinomes basocellulaire ont un aspect pigmenté marron-noir et lorsqu’ils sont évolués, ils se transforment en ulcère. Ils peuvent facilement causer une hémorragie et peuvent laisser des cicatrices sur la peau suite à la destruction de celle-ci, puis des tissus sous cutanés

Le carcinome spinocellulaire

Ce genre de cancer se manifeste généralement par l’un des signes suivants :

  • plaque de peau de couleur rosée ou parfois blanchâtre. Elle peut être rugueuse ou sèche ;
  • nodule blanchâtre ou couleur rosé qui est ferme avec des verrues ;
  • ulcère qu’il est impossible de guérir.

Ce carcinome épidermoïde apparait le plus souvent sur une kératose actinique. C’est une petite lésion qui est rugueuse au toucher. Elle fait quelques millimètres de diamètre et est rosée ou parfois brune. On retrouve ces kératoses actiniques particulièrement sur les zones fréquemment exposées au soleil, notamment sur la convexité du visage, le cuir chevelu des personnes possédant une calvitie, le dos des mains puis l’avant-bras.

Les individus chez lesquels sont détectés de nombreuses kératoses actiniques présentent un risque à 10 % de développer leur vie durant un carcinome épidermoïde cutané invasif. Il existe des signes pouvant avertir qu’une kératose actinique se transforme en carcinome épidermoïde. Il s’agit :

  • Du rapide étalement de la kératose et de son infiltration dans la peau. A ce stade, la plaque se gonfle et s’enfonce dans la peau. Ainsi, elle perd sa souplesse et devient plus dure.
  • De l’ulcération et du bourgeonnement de la kératose qui aboutit donc à un vaste carcinome épidermoïde ulcéro-végétant. Cela forme une tumeur dure dont la surface est irrégulière.

En matière de carcinome épidermoïde, on peut citer deux formes :

  • Le carcinome de Bowen ou intra-épidermique: c’est une forme de carcinome épidermoïde qui se limite à l’épiderme. C’est la couche superficielle de la peau, donc elle comporte peu de risque de métastases. Il est le plus souvent caractérisé par une plaque rouge et squameuse qui évolue assez lentement et on le retrouve régulièrement sur les jambes. En cas d’absence de diagnostic, il est supposé un risque d’évolution de carcinome épidermoïde qui s’infiltre.
  • Le kératoacanthome : est une tumeur qui apparait rapidement et de façon fréquente sur le visage en haut du tronc. Il finit par ressembler à une forme de  tomate farcie. Elle est caractérisée par une zone centrale cornée avec périphérie blanc rosé puis des vaisseaux.

Le mélanome

Elle se développe n’importe où sur le corps, en particulier sur le tronc s’il s’agit d’un homme et sur les jambes si c’est une femme. Le mélanome est semblable à une tache brune qui s’étend ou un grain de beauté normal rose, brun ou  beige. Il reste le type de cancer le plus dangereux.

Il est plat ou surélevé, mais avec le temps, il s’épaissit et change de couleur et aussi de forme. Pour le diagnostiquer, il faut nécessairement une biopsie et une analyse anatomopathologique. Contrairement au carcinome, ce type de cancer se manifeste par une tumeur capable de se métastaser et donc d’atteindre les autres organes.

Pour le traiter, il faut une chirurgie avec ablation de tous les ganglions qui côtoient la tumeur. Ainsi, on pourra éviter sa prolifération en métastases. Il faut cependant que le mélanome soit vite détecté afin d’éviter qu’il ne se propage sur les autres parties du corps. La plupart du temps, le mélanome mesure à peu près 6 mm de diamètre et n’évolue pas. Il est rond ou parfois ovale et sa surface est lisse.

Il se manifeste généralement de la manière suivant :

  • grain de beauté qui est susceptible de changer de couleur, de taille avec contour parfois irrégulier ;
  • grain de beauté qui saigne dans lequel on peut remarquer des zones rougeâtres, blanchâtres, bleuâtres ou bleu-noirâtres ;
  • apparition de lésion noirâtre sur la peau ou sur les muqueuses des narines ou celles de la bouche.

Il est important aussi de noter qu’à part ces divers types de cancer dont nous venons d’énumérer les signes, il existe plusieurs autres signes qui peuvent aboutir ou amener à diagnostiquer un cancer de peau. Il s’agit notamment des signes qu’entraine une carence en vitamine E.

Une faible immunité

D’autant plus que la vitamine E est un élément majeur qui joue un grand rôle dans le maintien de la peau, sa carence est fatale.  Elle peut exposer la réponse immunitaire face aux agents nocifs et ceci provoquera  des maladies à n’en point finir. Ainsi donc, elle peut aboutir à un cancer de peau.

Un individu chez lequel il est détecté une carence en vitamine E peut régulièrement tomber malade et parfois connaitre de longues périodes de maladie. Une carence en vitamine E peut provoquer des symptômes relatifs à d’autres maladies.

Il faut noter qu’avec ses propriétés antioxydants la vitamine E participe aussi au mécanisme de défense de type primaire afin de  prévenir des maladies chroniques et aiguës. Elle  est aussi  importante dans la différenciation des globules blancs. Ainsi, son absence peut entraîner une réduction de cette différenciation et aussi une diminution de la production de ces globules qui combattent la maladie.

Les personnes exposées à une carence  en vitamine E sont évidemment  plus sujettes aux maladies du genre infectieux et à l’accroissement de ces tumeurs. Ces facteurs de risque augmentent au cours du processus de vieillissement et peuvent faire diagnostiquer un cancer de peau.

Une  faiblesse musculaire

Lorsque la vitamine E est absente dans le corps, elle peut rendre fragiles les muscles car les radicaux libres s’en prennent au contenu des cellules musculaires. Cette carence peut probablement conduire à une myopathie, les fibres musculaires ne fonctionnent plus et donc s’affaiblissent.

Les crampes musculaires peuvent être aussi détecté en cas de manque en vitamine E. Celles-ci sont décrites comme une contraction soudaine, puis involontaire des muscles et parfois très douloureuse. Ces crampes aux pieds puis aux jambes surviennent fréquemment après un effort de pression. Les crampes nocturnes surviennent quand les jambes restent longtemps au repos. En cas de carence aigue en vitamine E, il peut y avoir apparition de certains signes du cancer de peau.

La perte de masse musculaire

Si la vitamine E joue un rôle très primordial dans le développement des masses musculaires, sa carence peut laisser aboutir à un cancer de peau. Cette vitamine est prisée par les culturistes qui en font l’éloge depuis des années et conseillent même sa consommation en quantité suffisante chaque jour. Au cours des activités physiques ou exercices intense, les fibres musculaires s’étirent et peuvent se déchirer. Cela est dû aux rôles majeurs que jouent les vitamines et les minéraux.

Physiologiquement, s’il y a absence de vitamine E, il est impossible pour la membrane plasmatique des cellules de rester intacts. Normalement la membrane plasmique assure la protection de la cellule contre le déversement de son contenu. C’est ainsi que les muscles récupèrent et guérissent s’il y a présence de vitamine E. Sans la présence de cette vitamine, il est impossible à la membrane plasmatique de guérir correctement. Cela peut entrainer des symptômes cancéreux.

Problèmes de cheveux et de peau

Les radicaux libres sont capables de faire des ravages partout où il y absence de vitamine E. La peau devient donc très vulnérable à certaines blessures. Ces lipides cutanés représentent une cible facile pour les expositions aux UV et polluants. (Les dommages internes et externes) Grace à sa propriété antioxydant et  liposoluble, la vitamine E demeure très efficace dans la protection des lipides de la peau et détruit les radicaux libres.

La carence en vitamine E est susceptible de causer la perte de cheveux. C’est l’un des signes pouvant laisser diagnostiquer un cancer de peau. En effet, la vitamine E est importante pour la bonne circulation sanguine. En retour la bonne circulation du sang assure le maintien du cuir chevelu et laisse aux follicules une bonne santé.

Comme la vitamine E est désignée comme le stabilisateur des membranes plasmatiques au niveau des cellules, c’est ainsi qu’elle assure la protection des follicules pileux et les sauve des dommages générés par les radicaux libres. Accentuez votre consommation en vitamine E et vous ne serez pas sujets aux signes aboutissant à un cancer de peau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.