Le cancer des seins est la forme de cancer le plus répandu parmi la population féminine. Chaque année, on dénombre des milliers de cas dans le monde. Rien qu’en Suisse, c’est plus de 5000 cas par an. Le cancer des seins peut être génétique ou alors résulter de facteurs environnementaux. Ces dernières années, on note une augmentation du nombre d’individus atteints par le cancer des seins. Néanmoins, dans le même temps, force est de constater que le taux de mortalité de ces personnes atteintes a diminué de façon croissante. Il faut dire que beaucoup de progrès ont été faits dans les domaines de dépistage, de diagnostic et de traitement du cancer des seins. Des causes aux traitements en passant par les symptômes de cette maladie, on vous dit tout ici. Retrouvez dans cet article toutes les informations essentielles sur le cancer des seins.

Ce qu’il faut savoir du cancer des seins

Le cancer des seins est le cancer qu’on diagnostique le plus chez les femmes, partout dans le monde. Le cancer des seins, c’est plus de 50 000 cas dans le monde, chaque année.

Au cours de leur vie, sur 9 femmes, une est porteuse du cancer des seins ; et sur 27 femmes, une en mourra.

Le cancer des seins se diagnostique avant comme après la ménopause. Lorsqu’on parle de cancer des seins, c’est en fait la multiplication incontrôlable de cellules anormales. Ces cellules peuvent stagner au niveau des seins ou alors se propager dans le corps à travers les vaisseaux sanguins et lymphatiques. Généralement, le cancer des seins prend des mois et même des années à progresser.

Le risque de contracter un cancer des seins connait une augmentation nette lorsqu’on dépasse la barre des 50 ans. Néanmoins, les jeunes femmes sont également touchées. On estime à 20 % le pourcentage des femmes de moins de 50 ans atteintes du cancer des seins. Après le diagnostic du cancer des seins, la durée de survie de l’individu atteint est de 5 ans. Cette durée de survie est observée dans 80 % à 90 % des cas. Elle dépend également de l’âge de l’individu, mais aussi du type de cancer contracté. Les hommes sont également touchés par le cancer des seins, même s’ils ne représentent que 1 % des cas enregistrés.

Quelles sont les causes du cancer des seins ?

Il serait plus judicieux de parler de facteurs de risques, car il n’existe pas de causes précises lorsqu’on parle de cancer des seins. Plusieurs facteurs augmentent les risques de souffrir d’un cancer des seins. On peut citer :

  • L’âge: après 50 ans, les chances de contracter un cancer sont très grandes.
  • Des mutations génétiques : elles peuvent être acquises au cours de la vie ou encore transmises de génération en génération. On peut mentionner par exemple le BRCA1 et le BRCA2, qui sont des gènes susceptibles de provoquer le cancer des seins et le cancer des ovaires.
  • Des influences hormonales : par exemple, le fait d’avoir ses premières règles très jeunes, tomber enceinte de son premier enfant après l’âge de 30 ans, la ménopause,
  • L’alcool ;
  • Le tabac ;
  • Le surpoids.

Comment dépister/diagnostiquer un cancer des seins ?

Généralement, le diagnostic commence au moment où le patient décèle des symptômes suspects ou des anomalies au niveau des seins. Une série d’examens est alors exigée afin d’établir un diagnostic complet. Ce diagnostic permettra :

  • de préciser le type de cancer des seins dont souffre le patient ;
  • de déterminer le stade du cancer ;
  • de relever s’il y a des contre-indications par rapport à certains traitements.

Lors du diagnostic, plusieurs examens sont demandés :

  • Un antécédent de santé : c’est un bilan des symptômes observés à votre niveau, des facteurs de risques auxquels vous vous êtes exposés, des troubles médicaux dont vous avez été victime dans le passé. Le médecin vous posera toute sorte de questions sur vos antécédents personnels et même familiaux.
  • Un examen physique : lors de l’examen clinique, le médecin recherche tout signe prouvant que vous êtes atteint du cancer des seins. Il procède à un examen clinique de vos seins et de vos aisselles, recherchant un quelconque changement au niveau des seins (des masses, des changements de peau, des changements au niveau des mamelons, un durcissement). Le médecin passe ensuite à la palpation de votre abdomen afin de vérifier si votre foie est enflé ou non. L’examen physique se termine par l’écoute de vos poumons.
  • Une mammographie : c’est une radiographie des seins que le médecin effectue dans l’optique d’identifier d’éventuelles anomalies dans le sein du patient. La mammographie diagnostique est effectuée après un examen clinique ou après une mammographie de dépistage. Elle aide à trouver la région que l’on doit analyser lors de la biopsie.
  • Une analyse biochimique sanguine : cette analyse permet d’évaluer la fonctionnalité de certains organes (comme le rein et le foie), de mesurer le pourcentage des substances chimiques présentes dans le sang et enfin de détecter tout ce qu’il y a comme anomalies.
  • Une galactographie : si le patient présente des signes d’écoulement mammaire, on fait recours à la galactographie pour en connaitre la ou les causes. C’est une radiographie spécifique qui permet l’observation des canaux mammaires.
  • Une scintimammographie : une substance radioactive et une caméra spéciale sont utilisées pour produire des images des seins. Ces images permettent d’observer des anomalies au niveau du sein (à la suite d’une mammographie), surtout dans les cas où on remarque la présence de tissu cicatriciel.
  • Une scintigraphie osseuse : on y fait recours pour savoir si le cancer s’est répandu jusque dans les os du patient.
  • Une biopsie : pour diagnostiquer avec précision le cancer des seins, cet examen est nécessaire. La biopsie consiste à prélever des cellules du corps et à les analyser au laboratoire. Les résultats de cette analyse confirmeront si oui ou non, il y a présence de cellules cancéreuses dans l’échantillon de tissu ou de cellules analysées. La biopsie se fait toujours à l’hôpital, mais ne nécessite pas une hospitalisation. Il existe plusieurs types de biopsies.

La biopsie à l’aiguille fine consiste à prélever de la masse une infime quantité de tissu à l’aide d’une aiguille très fine et d’une seringue. Elle permet de déterminer la nature de la masse : la masse peut être un kyste ou une tumeur solide. En revanche, la biopsie à l’aiguille fine ne permet pas de connaitre le type de cancer des seins (infiltrant ou non infiltrant).

Nous avons ensuite la biopsie par forage ; ici, on prélève du corps, un tissu à l’aide d’une aiguille creuse. L’échantillon est prélevé dans la région du sein qui est suspectée. Les médecins peuvent faire plusieurs interventions lors du processus. Dans l’objectif de prélever beaucoup plus de tissu avec l’aiguille creuse, les médecins peuvent recourir à la biopsie par forage. C’est une technique qui permet au médecin de prélever le tissu grâce à un mécanisme d’aspiration spéciale

Lorsque les médecins font recours à des images 3D ou stéréotaxique afin de localiser la tumeur dans la zone suspecte, on parle de biopsie par forage sous guidage stéréotaxique. En effet, le médecin utilise les images obtenues comme guide de l’aiguille, pendant la biopsie. Ce type de biopsie est généralement utilisé lorsqu’on ne peut sentir la masse au toucher.  

Pendant la biopsie avec localisation à aiguille, on insère un fil métallique (caractérisé par sa minceur) dans une zone suspecte du sein ; zone qu’on ne peut atteindre par toucher. Le fil doit être laissé en place afin de servir de guide au médecin lorsqu’il effectue la biopsie chirurgicale.

La biopsie ouverte ou chirurgicale consiste à enlever partiellement ou totalement la masse ou encore la région suspectée de contenir les cellules cancéreuses. La biopsie chirurgicale peut être excisionnelle (enlever toute la région suspecte) ou incisionnelle (enlever une partie de la région suspecte).

La biopsie à l’emporte-pièce sert à diagnostiquer les cellules cancéreuses logées dans les vaisseaux lymphatiques du corps. À l’aide d’un outil médical tranchant et creux, on enlève une zone de peau, mais aussi le tissu subjacent.

Enfin, nous avons la biopsie des ganglions (biopsie sentinelle et biopsie axillaire) qui consiste en une opération chirurgicale au cours de laquelle les ganglions sont examinés au microscope. Cet examen est effectué dans le but de savoir si les ganglions sont atteints par le cancer. Le diagnostic d’un cancer des seins peut s’avérer très long, mais il est impératif d’être totalement sûr que c’est bien d’un cancer des seins qu’il s’agit. Cela permet d’éviter les traitements inutiles, pouvant provoquer d’autres maladies.

Quels sont les signes, symptômes d’un cancer des seins ?

Il faut retenir que les symptômes varient selon le type de cancer des seins dont souffre le patient. Il peut néanmoins arriver que le cancer ne laisse apparaitre aucun signe. De même, d’autres maladies peuvent provoquer des symptômes semblables à ceux du cancer des seins.

Le symptôme le plus fréquent du cancer des seins est la boule qui se forme dans le sein.

9 fois sur 10, elle est remarquée lors de l’autopalpation des seins. Cette boule est certes sensible, mais généralement, elle n’est pas douloureuse. Comme symptômes, on peut également citer :

  • un changement au niveau de la taille ou de la forme du sein ;
  • un changement au niveau du mamelon (il pointe vers l’intérieur) ;
  • un écoulement mammaire qui peut être sanglant.

Lorsque ces premiers symptômes sont ignorés et que le cancer est à un stade plus avancé, on remarque alors :

  • des douleurs au niveau des os ;
  • des nausées ;
  • une perte d’appétit, mais aussi de poids ;
  • des maux de tête ;
  • un essoufflement ;
  • une faiblesse au niveau des muscles ;
  • de la toux ;
  • une vision double ;
  • de la jaunisse.

Néanmoins, les symptômes pourraient également être ceux d’autres infections non cancéreuses. Il faudra consulter un médecin pour avoir un diagnostic fiable et complet.

Les différents types de cancers des seins

Il existe deux principaux types de cancers des seins : le cancer des seins infiltrant et le cancer des seins non infiltrant.

  • Le cancer des seins infiltrants : encore appelé cancer invasif, il envahit les tissus situés tout autour des canaux de lactation tout en demeurant à l’intérieur des seins. Lorsqu’elle n’est pas traitée, elle se propage aux os, aux poumons, au foie, et peut même générer des métastases. Nous avons cinq formes de cancer invasif :

Le carcinome canalaire (les cellules cancéreuses attaquent les canaux de lactation)

Le carcinome lobulaire (le cancer se loge dans les lobes puis se propage dans les tissus qui les environnent)

Le carcinome inflammatoire (le sein devient rouge, chaud, enflé et la peau peut ressembler à celle d’une orange. Ce cancer avance très vite et est difficile à traiter)

La maladie de Paget (une plaie apparait sur le mamelon et ne guérit pas)

Les carcinomes tubulaire, colloïde, médullaire et papillaire (très rares ; elles se distinguent l’une de l’autre par le type de cellule touché)

  • Le cancer des seins non infiltrant ou non invasif : c’est le cancer des seins le plus fréquent. Il attaque les canaux de lactation, sans se propager. Son traitement mène généralement à une guérison complète. Lorsqu’elle est négligée, elle peut vite devenir un cancer invasif.

Les traitements pour le cancer des seins

Les chances de guérir d’un cancer des seins dépendent principalement du stade du cancer, mais aussi de la vitesse à laquelle le cancer progresse.

Cette guérison dépend aussi de la façon dont le patient répond aux traitements. Plusieurs traitements sont possibles :

  • Une intervention chirurgicale : généralement, on fait recours à la chirurgie pour traiter le cancer des seins. Vous avez le choix entre une chirurgie mammaire conservatrice, une mastectomie (ablation du sein malade) et une chirurgie des ganglions lymphatiques. Votre médecin vous aidera à choisir le type de chirurgie qu’il vous faut. Pour le choix de la chirurgie convenable, le médecin prendra en compte la taille du sein affecté, la taille de la tumeur ainsi que son emplacement, la propagation ou non jusqu’aux ganglions lymphatiques et aussi les traitements que vous avez déjà reçu pour combattre la maladie.
  • Une radiothérapie : on fait recours à la radiothérapie généralement après une chirurgie mammaire conservatrice. Mais elle peut également être administrée à la suite d’une mastectomie. Dans les cas où le cancer se répandrait jusqu’au cerveau, aux poumons ou aux os, la radiothérapie est aussi utile.
  • Une hormonothérapie : elle est administrée dans les cas où les récepteurs hormonaux donneraient un résultat positif. Mais l’hormonothérapie administrée aux femmes préménopausées est différente de celle administrée aux femmes postménopausées.
  • Une chimiothérapie : c’est le traitement le plus courant pour lutter contre le cancer avancé ou métastatique des seins. Elle est administrée après une intervention chirurgicale effectuée pour un cancer du sein précoce.
  • Un traitement ciblé : il peut être administré seul ou associé à une chimiothérapie, une hormonothérapie ou encore aux deux pour lutter contre le cancer des seins.

Le cancer des seins touche des milliers de femmes dans le monde chaque année. Malheureusement, il n’existe pas de moyens 100 % fiables pour le prévenir puisqu’on ne connait même pas les causes précises de la maladie. Néanmoins, on peut porter une attention particulière à sa poitrine afin d’y déceler le moindre signe bizarre et consulter son médecin. Beaucoup des cas de cancer des seins diagnostiqués ont été enregistrés après que les patientes elles-mêmes ont décelé des anomalies suite à une autopalpation. Un cancer diagnostiqué tôt a plus de chance d’être guéri.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.