Aujourd’hui, la transplantation capillaire est une solution moderne qui gagne en popularité auprès des hommes et des femmes sujets à la perte des cheveux. Vous souffrez d’alopécie (terme médical qui désigne une importante chute des cheveux) et cette situation vous complique un peu la vie au quotidien. Pour regarnir votre tête de cheveux, vous vous demandez si vous devez opter ou non pour la greffe capillaire. Votre inquiétude est justifiée puisque la méthode ne présente pas un taux de réussite de 100 % (comme la plupart des opérations chirurgicales d’ailleurs). Découvrez donc dans cet article les facteurs qui conditionnent l’efficacité d’une greffe des cheveux.

Quels sont les facteurs à considérer avant de faire une transplantation capillaire ?

Pour ne pas trop faire durer le suspense ou créer la confusion, on vous répond tout de suite. Oui, la greffe capillaire est une solution tout à fait efficace. Néanmoins, pour optimiser le résultat, il convient de prendre en compte certains facteurs. Parmi les informations nécessaires avant une greffe capillaire on peut citer :

  • L’âge ;
  • Les liens familiaux ;
  • Les traitements médicamenteux…

L’âge

La calvitie causée par l’hormone nommée dihydrotestostérone (DHT) n’explique pas toujours la chute des cheveux chez un jeune homme. En effet, lorsque la plupart des hommes mûrissent, ils constatent une récession au niveau de leur tempe. Ils croient alors qu’ils sont sur le point de devenir chauves ! Nul besoin de paniquer, car un tel constat est généralement considéré comme la dernière étape de la virilité. Par contre, si vous êtes tout jeune et que vous commencez par perdre vos cheveux, vous devez en rechercher la cause avant d’envisager la greffe.

Les liens familiaux

Lorsque vous examinez l’arbre généalogique de votre famille, arrivez-vous à détecter un historique de perte de cheveux ? Si oui, combien de membres de votre famille ont été victimes d’alopécie ? À quelle vitesse cette chute capillaire a-t-elle évolué ? Il est important de répondre à toutes ces questions avant d’envisager une greffe des cheveux. En effet, les causes de la calvitie sont dans la plupart des cas génétiques. Si ce n’est pas le cas, il est important de vérifier que la chute des cheveux n’est pas un symptôme d’une éventuelle affection avant d’effectuer la greffe.

Les traitements médicamenteux

Généralement, dès que l’on commence à perdre ses cheveux, il y a peu de chance que le processus s’inverse.

L’ampleur d’une calvitie due à une vulnérabilité génétique à la DHT peut fluctuer au fil des années. Mais, la perte des cheveux reste progressive.

Lorsque vous connaissez une telle situation, la première solution à laquelle vous devriez penser est le traitement médicamenteux. Il existe en effet plusieurs médicaments topiques qui permettent de lutter efficacement contre la chute des cheveux. On peut citer par exemple les médicaments suivants :

  • Le minoxidil ;
  • Le finastéride gel ;
  • Le finastéride oral (Propecia, Proscar…)…

En réalité, il est prouvé que les patients qui commencent par ces solutions obtiennent de meilleurs résultats après une intervention chirurgicale. Si vous faites fi des traitements médicamenteux, il est fort probable que votre chute de cheveux persiste après la transplantation. Vous serez alors obligé de multiplier les interventions chirurgicales pour couvrir les parties nouvellement dégarnies.

Quel chirurgien choisir pour l’opération ?

Vous respectez toutes les conditions idoines pour être opéré. Il ne vous reste maintenant qu’à trouver le meilleur praticien pour effectuer la transplantation. En effet, l’efficacité d’une transplantation capillaire dépend de plusieurs facteurs relatifs au chirurgien à savoir sa localisation, sa réputation, sa formation et son expérience.

En pratique, la localisation du praticien a généralement une incidence sur le coût de l’opération. Le coût de la vie dans les différentes régions en est la cause. Si vous envisagez de greffer des cheveux dans une grande ville, vous devez payer un peu plus cher que dans une petite ville.

Si pour vous le coût de l’opération n’est pas important, vous devez néanmoins vérifier la réputation du chirurgien. Les praticiens spécialisés dans la greffe des cheveux fournissent un service exceptionnel et ont une très bonne renommée. En plus de l’expertise médicale du chirurgien, la greffe des cheveux nécessite en réalité des compétences artistiques. Avant de choisir un chirurgien spécialisé, examinez donc ses qualifications afin d’éviter les éventuels risques potentiels.

Si vous êtes dans l’embarras du choix, rendez-vous sur le site docteurcheveux.fr. Il s’agit d’une plateforme d’informations et d’échanges qui aide des milliers de personnes à choisir la bonne clinique pour la greffe capillaire chaque année.

Quelle est la meilleure technique de greffe de cheveux ?

Savez-vous que la greffe capillaire est née dans les années 1950 ? Loin de ce que vous imaginez, elle ne ressemblait aucunement à la transplantation des cheveux pratiquée aujourd’hui. À cette époque, les chirurgiens retiraient de petites zones de peau et de poils au niveau des chevilles et les transplantent dans les zones chauves.

Heureusement, cette solution aussi coûteuse et extrême est désormais remplacée par deux autres : FUE (Follicular Unit Extraction) et FUT (Follicular Unit Transplantation). Pour traduire, il s’agit de la méthode de prélèvement de greffons unitaires (FUE) et de la méthode dite de bandelette encore appelée transplantation d’unités folliculaires (FUT).

Le prélèvement de greffons unitaires

La FUE est la technique de transplantation des cheveux la plus populaire. Bien qu’elle soit plus onéreuse, elle est beaucoup plus efficace. Anesthésiées, les racines de cheveux sont prélevées de façon individuelle (généralement l’une après l’autre). Ce prélèvement s’effectue dans une « zone de sécurité » à même le scalp arrière du donneur grâce à un minuscule foret chirurgical dont le diamètre varie entre 0,7 et 1 millimètre.

Il est aussi possible de retirer les bulbes sur les faces latérales de la tête. Elles sont ensuite réimplantées dans les zones à couvrir. L’opération prend du temps (5 à 10 heures en fonction des zones à couvrir), mais peut avoir des résultats étonnants et présente l’avantage supplémentaire de ne laisser que peu (ou pas) de signes visibles.

La méthode de la bandelette

Sous anesthésie locale, le praticien prélève une bandelette horizontale d’environ 1 cm de large et 12 à 23 cm de long à l’arrière de la tête du patient. Le prélèvement peut donc se faire d’une oreille à l’autre en fonction de la surface à couvrir. Après prélèvement, cette bandelette est ensuite découpée et redistribuée au niveau des zones chauves.

Cette méthode particulièrement adaptée aux grandes calvities coûte moins cher et dure moins longtemps (2 à 3 heures). Mais il faut du temps pour guérir des incisions pratiquées pendant l’opération. De plus, si vous optez pour cette méthode, vous pouvez avoir une fine cicatrice à l’endroit où les cheveux ont été épilés. C’est d’ailleurs pour cette raison que la méthode de la bandelette est désormais considérée comme obsolète face à la FUE.

Le rejet d’implant capillaire, est-ce possible ?

La greffe des cheveux est la meilleure solution qui permet de venir à bout des problèmes d’alopécie.

Après l’opération, vous vous retrouverez avec une chevelure naturelle, saine et sans cicatrice. De plus, les cas de rejet de greffe des cheveux peuvent être comptés sur le bout des doigts. Le succès l’opération s’explique principalement par le fait que les cheveux réimplantés sont extraits de la tête du même patient (auto-transplantation).

Peut-on retrouver sa chevelure de jeunesse après une greffe capillaire ?

La réponse est non ! Après une transplantation des cheveux, il est peu probable de retrouver sa chevelure de jeunesse. À moins que vous soyez chauve depuis votre naissance ! En effet, la FUE a tendance à diminuer la densité des cheveux à l’arrière de la tête. Avec la bandelette, vous ne pouvez pas éviter une cicatrice. Vous l’aurez compris, dans un cas où l’autre, vous obtiendrez certainement une belle chevelure après l’opération, mais un fin observateur peut toujours remarquer la différence.

Combien de temps faut-il réellement pour apprécier l’efficacité de la solution ?

Après une greffe capillaire, il faut attendre 3 à 4 mois pour que les cheveux recommencent à pousser. Ensuite, vous devez patienter pendant approximativement 1 an pour qu’ils soient assez longs et présentent une densité perceptible. Eh oui, vous devez attendre tout ce temps pour voir des résultats optimaux. Dans l’éventualité où une nouvelle greffe serait nécessaire, elle ne pourra se faire qu’après un intervalle de 1 an par rapport à la première intervention.

L’opération de la greffe des cheveux est-elle douloureuse ?

Quelle que soit la méthode utilisée, vous ne sentirez aucune douleur pendant l’opération. Pour cause, vous serez sous anesthésie locale. Néanmoins, les douleurs post-opératoires peuvent vous brimer pendant encore quelques jours. Des croûtes peuvent aussi apparaître au niveau des points d’impact des implants. Mais, rassurez-vous, elles disparaîtront sous une dizaine de jours.

De même, le front de certaines personnes ayant subi l’opération se gonfle pendant quelques jours à cause de l’anesthésie. Si c’est votre cas, faites-vous ami avec les chapeaux pendant cette période. Ils camoufleront les cicatrices et les autres imperfections jusqu’à ce que vos cheveux repoussent.

En conclusion, retenez simplement que la greffe capillaire est une solution aussi bien efficace que durable. Il faut néanmoins s’assurer d’avoir le profil idéal avant de faire l’opération. Le recours à un spécialiste de renom permet par ailleurs d’obtenir de meilleurs résultats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.