Maladie émergente, la maladie de Lyme est une maladie en pleine expansion et dont on dénombre des milliers de cas par année. C’est une maladie causée par une bactérie ce qui en fait une maladie bactérienne. La maladie de Lyme attaque le cœur, les articulations et même le système nerveux. Diagnostiquée, elle peut se traiter efficacement. Mais lorsqu’elle est négligée, les conséquences sont très graves. Dans cet article, on vous dit tout ce qu’il y a à savoir sur la maladie de Lyme ; des causes aux traitements en passant par les symptômes et les modes de transmission.

Les causes et facteurs de risque de la maladie de Lyme

La bactérie appelée Borrelia burgdorferi est à l’origine de la maladie de Lyme. C’est une bactérie, un spirochète, qui a une forme hélicoïdale. Les germes de cette maladie se retrouvent surtout au niveau des tiques. Les tiques sont donc les principaux facteurs qui entrainent la maladie de Lyme. On peut également retrouver ces germes au niveau des animaux domestiques et des animaux sauvages.

Plusieurs activités peuvent vous exposer et vous mettre en contact avec des tiques. On peut citer par exemple, les balades en forêt ou encore tout ce qui a trait aux activités de l’agriculture. Le risque de contracter la maladie de Lyme est présent aussi bien chez tous ceux qui passent du temps en plein air que chez les personnes exerçant un métier à l’extérieur.

Comment se transmet la maladie de Lyme ?

La bactérie Borrelia Burgdorferi se transmet à l’homme via une tique infectée. Cette tique vous pique, vous transmettant ainsi la maladie.

Les tiques se nourrissent de votre sang, comme le font les moustiques. La bactérie se propage alors dans la peau puis dans le sang enfin dans le tissu. Les tiques sont incapables de voler. Elles se contentent de s’agripper aux arbustes et herbes hautes situés près du sol. Lorsqu’un hôte passe, elles se collent alors à sa peau dans le but de se nourrir de son sang, inoculant ainsi la bactérie. Il faut noter que les piqûres de tiques sont indolores ce qui fait qu’il est souvent difficile, voire impossible, de se rendre compte que l’on a été mordu.

Parmi les animaux domestiques, les chiens particulièrement peuvent contracter la maladie de Lyme, selon une déclaration de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Ils transportent ensuite des tiques infectées dans l’environnement où ils vivent. Mais jusqu’à ce jour, rien ne prouve qu’ils puissent transmettre directement la maladie de Lyme aux humains.

Comment diagnostiquer la maladie de Lyme ?

Le diagnostic de la maladie de Lyme est très difficile. Il est vrai que les symptômes de la maladie sont nombreux, mais ils sont également indolores, invisibles même. De plus, ces symptômes peuvent facilement être confondus à des symptômes d’autres maladies.

Mais si vous arrivez à reconnaitre ces symptômes, vous devez immédiatement aller consulter un médecin. Si vous avez conscience d’avoir été mordu par une tique, il est impératif de le notifier au docteur. Sinon, il faudra lui dire si vous avez été dans des environnements où sont présentes des tiques ; surtout si vous avez effectué des promenades dans la forêt ou encore si vous avez fait des activités agricoles. Le médecin prélèvera votre sang pour effectuer des analyses. Mais même dans ce cas-là, on n’est pas sûre de détecter la présence de la maladie, surtout si le patient est encore à la phase primaire. Lorsque le test sanguin ne donne pas des résultats satisfaisants, on procède alors à l’hospitalisation du patient afin de lui faire subir un électrocardiogramme. L’électrocardiogramme sert à rechercher des troubles relatifs aux oreillettes et aux ventricules du cœur.

À partir de la deuxième phase de la maladie de Lyme, encore appelée radiculite, on procède à des examens neurologiques. Ils sont nécessaires. Grâce à eux, on détecte :

  • Une baisse des sensations ;
  • Une baisse des forces musculaires ;
  • Une éventuelle inflammation des nerfs pouvant entrainer une abolition des réflexes.

Ces signes sont sans appel et confirment totalement la présence de la maladie de Lyme dans le corps du patient. Si les examens neurologiques sont normaux, alors le patient n’est pas infecté. Un diagnostic sérieux et précis de la maladie de Lyme repose sur l’observation de signes cliniques, bactériologiques et épidémiologiques. Récemment, des tests immunologiques ont vu le jour ; ils sont à privilégier. D’autres techniques de laboratoire peuvent également donner des résultats probants en mettant en exergue dans le sang du patient, des anticorps répondant à l’infection bactérienne.

Lorsque les nerfs sont atteints, trouver des anticorps dans le liquide du système nerveux central (obtenu par ponction lombaire) du patient constitue un argument de taille pour affirmer qu’il est atteint de la maladie de Lyme.

Les symptômes de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme présente plusieurs symptômes. Ces symptômes varient d’un individu à un autre, mais aussi selon les phases de la maladie. Parmi les symptômes les plus fréquents, nous pouvons citer :

  • Les maux de tête ;
  • La fièvre ;
  • Les frissons ;
  • La fatigue générale ;
  • Les douleurs au niveau des muscles ;
  • Un sentiment de faiblesse ;
  • Les nausées ;
  • Les vomissements ;
  • Les complications cardiovasculaires.

La maladie de Lyme se décline en trois phases.

Les phases de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme connait trois grandes phases. Il faut noter que les phases sont séparées par des périodes où il n’y a plus aucun symptôme.

La première phase ou phase primaire

Lors de la première phase, le symptôme le plus visible c’est l’apparition d’une tache rougeâtre. Cette tâche a des traits de ressemblance avec les piqûres de moustique. Cette lésion est ovale et peut mesurer jusqu’à 50 cm. En effet, en jargon médical, cette tâche est appelée un érythème chronique migrant (ECM). Cet érythème est dit migrant parce qu’elle évolue dans le temps. En un délai de 3 jours, l’ECM peut  subir une extension et atteindre un diamètre de deux centimètres. 

L’extension de l’ECM se fait de façon centrifuge. Généralement, l’ECM ne provoque pas de démangeaisons. Il peut apparaître au niveau des membres inférieurs comme supérieurs et même sur le visage (dans le cas des enfants). On peut parfois remarquer la présence d’un anneau rouge autour de l’ECM. Si vous sentez que la partie entourée est chaude, c’est peut-être le début d’une inflammation. Au cours de cette première phase, vous remarquerez certains symptômes :

  • Des maux de tête ;
  • De la fièvre ;
  • Douleurs au niveau des articulations et des muscles ;
  • Des frissons.

La deuxième phase de la maladie de Lyme

Cette phase survient quelques semaines ou mois après la première phase. Généralement, le patient ne sait pas qu’il a été piqué par une tique et donc l’ECM passe inaperçu. Aucun traitement n’ayant été reçu, la deuxième phase survient et se caractérise par plusieurs autres symptômes :

  • Des vertiges ;
  • Une manifestation cutanée qui ressemble à celle observée lors de la première phase ;
  • Des douleurs régulières au niveau des articulations ;
  • L’arthrite au niveau des grosses articulations comme le genou ;
  • Des syncopes ;
  • Des palpitations ;
  • Des douleurs thoraciques ;
  • Le trouble ou l’interruption de la circulation au niveau des ventricules et des oreillettes ;
  • Une douloureuse inflammation des racines des nerfs.

Cette phase peut même entrainer une paralysie faciale et la méningite. À partir d’ici, il devient urgent de se faire consulter afin de bénéficier d’un traitement adéquat et efficace.

La troisième phase de la maladie de Lyme

Encore appelée phase tardive de la maladie, elle intervient bien des années après la piqûre de la tique. Après la négligence des deux premières phases, cette phase peut être fatale pour la personne infectée. Tous les symptômes des deux premiers s’aggraveront et deviendront chroniques. Les yeux, les nerfs, les articulations, le cœur, la rate et tous les autres organes seront infectés. La peau de l’individu infecté devient très fine et donnera même l’impression d’être transparente, donnant un rendu semblable à du papier froissé. Les parcelles de peau tireront sur le rouge violet. À ce stade, on remarque :

  • Une inflammation cutanée ;
  • L’apparition de nodules sur le lobe de l’oreille et sur le front ;
  • Une infection grave des articulations ;
  • Une attaque du cerveau et de la moelle épinière.

Cette phase survient rarement, car dès qu’on a pris en charge la maladie à partir de la phase 1 ou 2, elle n’a aucune raison d’évoluer jusqu’au niveau 3.

Les traitements de la maladie de Lyme

Le traitement de la maladie de Lyme consiste essentiellement en une prise d’antibiotiques.

Les antibiotiques permettront d’éliminer totalement les bactéries borrelia burgdorferi du corps du patient infecté, peu importe l’endroit où elles se situent. Le traitement peut néanmoins dépendre de la complication et du stade d’avancement de la maladie de Lyme. La prise des antibiotiques peut s’étendre sur une période de trois semaines. Les antibiotiques prescrits peuvent être accompagnés de corticoïdes s’il y a des troubles au niveau de la conduction auriculo-ventriculaire. Au titre des antibiotiques, on peut citer l’amoxicilline et la doxycycline. Le traitement de la maladie peut également nécessiter une hospitalisation de l’individu infecté.

Comment prévenir la maladie de Lyme ?

La maladie de Lyme est causée par les tiques. Alors quand vous êtes dans un environnement où la présence des tiques est soupçonnée, voici des précautions à prendre :

  • Il est important de porter un habit qui recouvre très bien votre corps pour éviter que les tiques ne s’agrippent à votre peau. Les vêtements doivent recouvrir vos bras, vos jambes et votre cou ;
  • Il est recommandé d’opter pour le port des vêtements clairs afin de pouvoir facilement discerner une tique agrippée à vos vêtements ;
  • Vous pouvez aussi appliquer sur votre peau et vos habits, les produits antimoustiques faits à base de DEET et d’icadirine ;
  • Procédez à une inspection générale et minutieuse après vos activités extérieures ;
  • Prendre un bain dans les heures qui suivent votre exposition afin d’éliminer toutes les tiques ;
  • Bien laver les vêtements qui ont été exposés et effectuer un séchage à l’air chaud pour éliminer les tiques ;
  • Évitez au maximum les contacts avec les arbustes et les hautes herbes ;
  • Utilisez des poudres anti-tiques pour vos animaux domestiques, par mesure de sécurité.

Vous pouvez aussi essayer de réduire la présence des tiques dans votre environnement en :

  • Taillant les arbres et arbustes ;
  • Faisant tondre votre pelouse de façon régulière ;
  • Gardant les animaux propres et en les emmenant fréquemment en consultation chez le vétérinaire ;
  • Appliquant un pesticide à faible toxicité pour l’utiliser comme traitement de protection.

Si malgré toutes ces précautions, vous remarquez une tique sur votre peau, voici comment procéder :

  • Retirer avec délicatesse la tique, à l’aide d’une pince à bec pointue ;
  • Assurez-vous de saisir sa tête et ses parties buccales ;
  • Pour que la bactérie ne pénètre pas dans votre corps, n’écrasez pas la tique en essayant de la retirer et ne grattez surtout pas ;
  • Si après avoir retiré la tique, son appareil buccal demeure dans votre peau, retirez-le avec une pince à épiler (recommandations de l’ASPC) ;
  • Lavez ensuite la partie piquée avec de l’eau savonneuse et utilisez de l’alcool ou un désinfectant à base d’alcool pour désinfecter la parcelle de peau piquée ;
  • Si vous pouvez, conservez la tique dans un sac hermétiquement fermé. Vous pouvez l’emmener avec vous lors de la consultation, lorsque vous commencerez à identifier les symptômes de la maladie de Lyme.

Il faut également se renseigner sur les symptômes de la maladie de Lyme afin de pouvoir les identifier et immédiatement consulter un médecin.

Autres informations sur la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est beaucoup plus répandue dans les régions froides tempérées et boisées surtout, mais elle est néanmoins présente sur tous les continents.

Au Canada, la maladie de Lyme est en pleine expansion et est une maladie à déclaration obligatoire depuis 2009. Des milliers de cas se dénombrent chaque année. L’Agence de la santé publique du Canada a d’ailleurs préparé des trousses d’outils sur la maladie afin de permettre la diffusion de l’information et la hausse de la sensibilisation autour de la maladie de Lyme. En France, c’est plus de 12 000 cas par an.

Pour savoir que vous avez été piqué par une tique, c’est très simple. D’abord les tiques sont facilement identifiables. Elles possèdent quatre paires de pattes et une tête où on remarque une absence d’yeux. Si vous arrivez à les voir pendant qu’ils sont accrochés à votre peau et sucent votre sang, vous pouvez remarquer que le ventre de la tique est gonflé. Sinon, vous remarquerez l’apparition d’éruptions cutanées quelques jours après la morsure de la tique.

La maladie de Lyme n’est pas très facile à reconnaitre, car ses symptômes se confondent souvent à ceux d’autres maladies. Subdivisée en trois grandes phases, cette maladie peut parfois conduire au décès du patient infecté même si c’est rare. Mais cela n’arrive que lorsque le patient laisse la maladie évoluer jusqu’à la troisième phase. Il est donc important de se renseigner sur les symptômes de la maladie de Lyme afin de rapidement consulter un médecin dès qu’on a des doutes. Le diagnostic de la maladie de Lyme repose sur des observations cliniques.

Il n’existe pas de moyens standards pour éviter la maladie de Lyme. Il faudra juste faire preuve de vigilance et éviter les endroits où la présence des tiques est suspectée. Il est important de prendre ses précautions et de savoir observer les manifestations de la maladie de Lyme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.