Considéré comme l’un des plus importants organes du corps humain, l’œil joue un grand rôle dans la vision. Mais parfois, il rencontre aussi de multiples difficultés et s’expose à de diverses pathologies qui l’altèrent. Sans un soin adéquat, il peut donc se détériorer complètement et devenir un mal incurable. Dans cet article, nous vous présentons les différents types de pathologies ophtalmologiques ainsi que les soins nécessaires. Ceci vous permettra de mieux les connaitre afin de vous faire suivre et de les anticiper.

Les maladies du cristallin

Le cristallin représente une lentille transparente qui se trouve à l’intérieur de l’œil, derrière l’iris, et qui permet aux rayons lumineux de converger à l’intérieur. De nature transparente, elle laisse passer la lumière et se révèle un peu comme l’équivalent d’un objectif d’appareil photographique. Cet organe peut subir de diverses détériorations, dont la cataracte. Cette dernière caractérise la perte de la transparence naturelle du cristallin, ce qui empêche la pénétration de la lumière. Elle correspond donc à une opacification du cristallin, ce qui altère la vision et donne l’impression de regarder à travers un voile ou une vitre embuée. Dans ces cas, les couleurs s’estompent et les lumières vives apparaissent comme des éblouissements.

Pour anticiper l’apparition de la cataracte qui survient généralement après 60 ans, la solution la plus appliquée demeure l’opération du cristallin clair.

Elle devient nécessaire pour les personnes qui souffrent d’une myopie ou d’une hypermétropie forte, ou d’une presbytie. Pour cette opération, la technique utilisée reste le PRELEX qui permet de remplacer le cristallin par un implant mono ou multi focal ou l’opération lazik. Pour en savoir davantage et vous soigner, vous pouvez voir le site du centre ophtalmologique de la Colline. Deux ans environ après l’opération de la cataracte, une forme d’opacification de l’enveloppe du cristallin peur intervenir : c’est la cataracte secondaire avec des symptômes comme :

  • La baisse de la vision lointaine et de la vision des contrastes ;
  • Le dédoublement des lumières ;
  • La vue brouillée avec une sensation de voile devant les yeux.

Les maladies des paupières

De par leur fonction, les paupières se chargent de protéger le globe oculaire par le clignement, l’occlusion et l’étalement du film lacrymal. Les maladies des paupières possèdent comme principaux symptômes une amputation du champ visuel, une irritation oculaire, une modification de la fente palpébrale. Voici quelques autres formes de ces maladies :

  • Le ptosis : la réduction de l’efficacité du muscle releveur de la paupière supérieure entraîne une paupière tombante et donc plus basse. Cette pathologie peut apparaitre dès la naissance (le ptosis congénital), ou bien la paupière peut s’abaisser progressivement avec l’âge ;
  • Le dermatochalasis : il représente la formation excessive de peau sur la paupière supérieure, ce qui survient avec l’âge. Ceci cause dans la plupart des cas une importante amputation du champ visuel ;
  • La lagophtalmie : encore appelée inocclusion palpébrale, elle désigne une fermeture insuffisante de la paupière, ce qui réduit la protection de la cornée. Cette dernière devient donc plus vulnérable à l’environnement ;
  • L’entropion : elle représente un enroulement du bord des paupières vers l’intérieur, à cause du relâchement des tissus avec l’âge ou par des modifications post infectieux ;
  • L’ectropion : c’est un renversement du bord libre des paupières vers l’extérieur, ce qui expose l’intérieur des paupières à l’environnement et provoque une rougeur et un larmoiement ;
  • Les tumeurs des paupières : elles représentent une excroissance anormale des tissus des paupières. Elles peuvent être bénignes ou malignes, et demeurer dans une zone précise de l’œil ou s’étendent davantage.

Le strabisme

Le strabisme définit un défaut d’alignement et de coordination des yeux qui pointent dans des directions différentes.

En effet, dans le cas d’une vision normale, les deux yeux doivent fixer une même cible au même moment. Très fréquente dans près 2,6 % de la population en générale, cette pathologie peut toucher une personne dès sa naissance ou se manifester plus tard à l’âge adulte. Voici les principales formes de strabismes :

  • Le strabisme convergent : l’œil strabique est tourné vers l’intérieur ;
  • Le strabisme divergent : l’œil strabique est tourné vers l’extérieur ;
  • Le strabisme vertical : l’œil est tourné vers le haut ou vers le bas.

Chez l’enfant, le strabisme peut entraîner l’amblyopie d’un œil (défaut de développement de la vision de l’œil). Chez l’adulte, la conséquence du strabisme reste une vision double appelée diplopie. Pour traiter cette pathologie, deux solutions peuvent s’envisager selon le cas :

  • Chez l’enfant, la rééducation demeure la meilleure option en cas d’anomalie de la vision (amblyopie). Le médecin peut alors prescrire une correction optique par des lunettes, ce qui permettra de corriger partiellement le strabisme. Dans un cas plus avancé, il peut appliquer un cache (occlusion) sur l’œil le plus fort pour obliger le plus faible à travailler ;
  • Chez les adultes, le praticien doit d’abord procéder à un examen pour détecter la cause du strabisme afin de proposer le traitement équivalent. En cas de vision double, il pourra prescrire un prisme pour compenser la déviation. Dans d’autres cas, une opération lazik peut s’envisager.

Les maladies de la rétine

Comme principale pathologie de la rétine, nous avons la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Elle désigne le vieillissement pathologique de la macula (zone centrale de la rétine qui favorise une vision précise). Elle se traduit généralement par l’apparition d’une tache noire au milieu de la vision (scotome central) ou des déformations (métamorphopsies). Voici les deux types de DMLA que nous rencontrons le plus souvent :

  • La DMLA atrophique ou sèche : elle se révèle secondaire à une atrophie de la rétine centrale, ce qui justifie l’apparition de la tache noire centrale ;
  • La DMLA exsudative ou humide : encore appelée DMLA néovasculaire, elle se caractérise par le développement de vaisseaux sanguins anormaux au niveau de la macula, ce qui entraîne un œdème ou une hémorragie de la rétine.

En plus de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), nous notons également la rétinopathie diabétique qui désigne une complication du diabète (hyperglycémie chronique).

Quelques autres maladies des yeux

En plus des précédentes pathologies ophtalmologiques, vous pourrez rencontrer de nombreuses autres maladies des yeux. Ici, nous relevons les infections du sac lacrymal de l’œil et de l’orbite.

Le larmoiement de l’enfant

Quelques fois, de nombreux enfants viennent au monde avec une sténose congénitale du canal lacrymonasal (fermeture du canal reliant la surface oculaire à la fosse nasale). Ceci entraîne un larmoiement associé à des sécrétions plus ou moins abondantes sur la surface oculaire et les paupières. Dans ce cas, les parents devront laver régulièrement la surface oculaire des yeux de l’enfant et appliquer un massage du sac lacrymal afin d’effectuer une pression sur la sténose. Dès l’âge de 1 an, un sondage des voies lacrymales peut se réaliser en ambulatoire au bloc opératoire sous une courte anesthésie générale. Ceci permet d’évaluer l’évolution ou la régression de la pathologie et ne requiert souvent pas une opération lazik.

Le larmoiement de l’adulte

Chez les adultes, le larmoiement résulte de multiples facteurs et demeure une cause fréquente de consultation. Il provient d’une malposition des paupières et du point lacrymal, d’une irritation de la surface oculaire (allergie, syndrome sec, dysfonctionnement meibomien) ou encore d’une sténose du canal lacrymonasal. Pour une bonne prise en charge, un examen ophtalmologique complet et un test des voies lacrymales se révèlent très efficaces. Une opération lazik pourra aussi permettre de recréer un canal reliant la surface oculaire à la fosse nasale et favoriser l’écoulement des larmes sans obstacle.

L’orbitopathie basedowienne

La maladie de Basedow représente une pathologie auto-immune. De façon plus explicite, des auto-anticorps stimulent la glande thyroïde, se déposent et créent une inflammation orbitaire. Cette pathologie peut entraîner une exophtalmie, des strabismes restrictifs et des rétractions de paupières. À une phase plus évoluée, un traitement médical permettra de stabiliser la dysfonction thyroïdienne et l’inflammation orbitaire. À un stade séquellaire, c’est une reconstruction qui peut s’envisager avec une décompression orbitaire osseuse et graisseuse en cas d’exophtalmie.

Pourquoi devez-vous vous faire suivre ?

Les pathologies ophtalmologiques peuvent apparaitre chez tous les individus de tout âge. Pour les anticiper, vous devez accorder à vos yeux un soin régulier et éviter de les exposer à des effets nocifs. De même, dès que vous remarquez un symptôme, vous devez vous faire suivre par un professionnel. Savez-vous pourquoi ?

Les risques très élevés des pathologies ophtalmologiques

D’après les études, près de 47 % de la population en France subissent une altération de la vision causée par de diverses maladies. De plus, nous notons une perte irréversible de la vision chez près de 9 % des patients. Face à ce risque très élevé, il s’avère important de consulter régulièrement un praticien afin de diagnostiquer très tôt le mal. Dans la plupart des cas, vous pouvez éviter l’opération et adopter un traitement préventif. Nous vous recommandons donc de vous faire suivre pour recevoir les soins qui conviennent en fonction de l’évolution de la pathologie.

Les principaux traitements

Pour soigner les maladies ophtalmologiques, la médecine propose aujourd’hui de différentes techniques. En plus d’une opération lazik, vous pourrez aussi bénéficier de certaines interventions comme la chirurgie réfractive pour corriger les problèmes de vue. N’hésitez donc plus à vous référer à un praticien pour vous faire suivre. En général, la correction concerne deux parties de l’œil à savoir : la cornée (opération laser de la vue) et le cristallin (opération du cristallin clair par ultra-sons). Un bon suivi vous épargnera des complications et une altération irréversible de votre vision. Avec la chirurgie réfractive par exemple, vous pourrez éviter les problèmes ci-après :

  • La myopie (vision lointaine floue) ;
  • L’astigmatisme (vision floue de près ou de loin) ;
  • L’hypermétropie (vision floue de près ou de loin) ;
  • La presbytie (vision floue de près).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.