Touchés par les problèmes d’infertilité, nombreux sont désormais les couples qui préfèrent se lancer dans les démarches de Procréation Médicalement Assistée (PMA). En fonction de la situation de chaque membre d’un couple, les spécialistes en matière de PMA peuvent se tourner vers des techniques différentes. Ainsi, pendant que la stimulation ovarienne pourrait être la solution idéale pour certains couples qui souhaitent avoir un enfant, la Fécondation in vitro (FIV) ou l’insémination artificielle seront adoptées pour d’autres couples. Voici des informations détaillées sur les différentes techniques de PMA.

En savoir plus sur la PMA

Encadrée par la « loi bioéthique de juillet 1994 » qui a connu une modification au cours du mois de juillet 2011, la Procréation Médicalement Assistée est une solution indiquée pour les couples qui se retrouvent confrontés à une infertilité prouvée médicalement. Cette solution est aussi recommandée pour les couples qui ne tiennent pas à transmettre une maladie grave à l’enfant. Notons que la PMA est essentiellement réservée aux couples légalement mariés ou qui vivent en concubinage.

À ce niveau, il faut préciser qu’auparavant, les concubins devaient respecter un délai de 2 ans de vie commune avant de pouvoir se tourner vers la PMA. Cette condition a bien sûr été supprimée il y a quelques années. La loi de 2011 a par ailleurs réaffirmé une interdiction du recours aux services d’une mère porteuse. Les donneurs de gamètes doivent de leur côté conserver l’anonymat. Si votre conjoint et vous avez en outre du mal à concevoir un enfant et que vous pensez désormais vous tourner vers la PMA, alors il faudra vous rendre dans un centre réputé comme Fertty International par exemple.

Profitez d’un excellent suivi et d’une bonne prise en charge à Fertty International

Dans le but principal de permettre aux personnes qui ont du mal à concevoir de mettre toutes les chances de leur côté, cette structure a mis en place le Programme de Grossesse Garantie. Les professionnels qualifiés qui assurent la mise en œuvre de ce programme se proposent d’accompagner tous les couples dans ce voyage de fertilité avec les techniques de PMA les plus efficaces que sont :

  • La Fécondation in vitro avec don d’ovules,
  • La Fécondation in vitro avec vos propres ovules.

Il n’y a par ailleurs aucune durée estimée, et il revient donc aux couples de déterminer le moment qui leur convient pour commencer le traitement. Pour intégrer ce programme, il faudra toutefois remplir certaines conditions. Les femmes par exemple devront être âgées de moins de 50 ans et ne présenter aucune anomalie utérine. Elles ne doivent également pas être des fumeuses, puisque cela peut entrainer dans certains cas l’échec de la procédure. Les hommes de leur côté sont tenus de réaliser une analyse normale de leur sperme. Ils ne doivent eux aussi pas être des fumeurs.

Dans la mesure où ce programme a déjà fait ses preuves et a donc permis à de nombreux couples de concevoir, vous pouvez en toute confiance vous adresser aux professionnels de l’équipe de cette structure. Ces derniers demeurent à votre entière écoute et ils prendront le temps nécessaire pour répondre à toutes les questions que vous vous posez.

Les différentes techniques médicales en matière de PMA

Comme nous l’avions indiqué plus haut, il existe diverses techniques en matière de Procréation Médicalement Assistée. Au nombre de ces méthodes, nous pourrons évoquer :

  • La stimulation ovarienne,
  • La FIV,
  • L’insémination artificielle,
  • L’injection intra cytoplasmique de spermatozoïdes (une autre forme de FIV).

La stimulation ovarienne

Procédure plutôt simple, la stimulation ovarienne est la plupart du temps la solution que l’on propose en premier aux couples dès le début des démarches d’une PMA. Cette méthode est notamment préconisée lorsque la femme constate une absence d’ovulation. Hormis l’anovulation, la stimulation ovarienne est aussi proposée aux femmes confrontées à une dysovulation.

Il est question ici d’une ovulation rare ou de qualité considérée comme médiocre. Cette technique de PMA consiste essentiellement à augmenter la production du nombre de follicules matures par les ovaires.

Elle permettra par la suite d’obtenir une meilleure qualité d’ovulation, ce qui favorisera alors la conception d’un enfant. Pour un résultat optimal, le médecin prescrit au premier abord un traitement par voie orale. Ledit traitement favorisera la fabrication ainsi que le développement adéquat d’un ovocyte. Les comprimés que prescrit le spécialiste devront être pris entre le 2e et le 6e jour du cycle. Dans le cas où aucun résultat n’est obtenu après plusieurs cycles, l’on propose alors une injection d’hormones.

Un suivi médical est par ailleurs recommandé tout au long du traitement par stimulation ovarienne. Pour que les résultats soient connus avec précision, des examens comme les dosages hormonaux et les échographies devront être effectués. Cela permettra aussi de réajuster au besoin certains dosages. L’on pourra éviter les risques d’hyperstimulation et par le même biais des effets secondaires assez indésirables.

L’insémination artificielle, une méthode assez ancienne

Considérée comme l’une des méthodes de Procréation Médicalement Assistée les plus anciennes, l’insémination artificielle est également la technique la plus utilisée, surtout lorsqu’il s’agit de :

  • Problèmes d’infertilité masculine,
  • Troubles de l’ovulation.

Comme le laisse supposer son nom, l’insémination artificielle est une technique qui consiste à déposer du sperme au sein de l’utérus de la femme. Plutôt indolore et assez simple, cette méthode ne nécessite le plus souvent pas une hospitalisation. Si aucun résultat n’est obtenu, l’on pourra répéter cette opération sur plusieurs cycles. La plupart du temps, l’insémination artificielle est au préalable précédée d’une stimulation ovarienne.

La Fécondation in vitro (FIV)

La FIV est une méthode qui consiste à réaliser la fécondation des ovules et des spermatozoïdes à l’extérieur du corps. La FIV est en général conseillée lorsque la patiente est confrontée aux diverses situations ci-après :

  • L’obstruction des trompes,
  • La perturbation de l’ovulation.

Du côté de l’homme, les médecins peuvent aussi recommander cette solution lorsque le nombre de spermatozoïdes mobiles s’avère être insuffisant. Dans la pratique, il s’agira de procéder en dehors de l’organisme féminin à la mise en contact des ovocytes et des spermatozoïdes. Cette opération s’effectue dans un milieu qui favorise grandement leur survie, ce qui permet d’obtenir une fécondation. Trois jours après l’opération de prélèvement des ovules, le spécialiste pourra alors passer à l’insertion de l’embryon obtenu au sein de l’utérus de la future maman.

Cette solution a un taux de réussite de 25 % environ. Son principal avantage demeure bien entendu le fait qu’elle favorise la sélection des ovules et des spermatozoïdes de meilleure qualité. Ceci n’est possible que grâce à une préparation préalable des spermatozoïdes ainsi qu’à la stimulation ovarienne dans certains cas. Les chances de fécondation sont donc beaucoup plus grandes. Il faut en outre garder à l’esprit que cette méthode de PMA entraine dans bien des cas des grossesses multiples. Cela est dû au fait que l’on dépose deux ou trois embryons dans l’utérus afin d’augmenter les chances de la patiente d’avoir un enfant.

L’injection intra cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI)

Il est question ici d’une autre forme de Fécondation in vitro qui a été mise au point assez récemment. Elle consiste notamment à insérer un spermatozoïde au sein du cytoplasme d’un ovocyte arrivé à maturité. Cette opération s’effectue à l’aide d’une micro-pipette. De plus en plus de spécialistes optent pour cette méthode dans les cas où la Fécondation in vitro n’a pas fonctionné après plusieurs tentatives. Son taux de réussite est quant à lui de 30 %.

Des chances de succès plutôt variables

Un couple peut prendre la décision de recourir à une insémination artificielle après avoir effectué des tentatives infructueuses durant 9 à 12 mois. Cela dépend bien entendu des centres dans lesquelles l’on se rend, mais après plusieurs échecs (notamment 3 à 6), l’on propose au couple la fécondation in vitro. Lorsque la qualité du sperme est trop altérée le jour où l’on doit effectuer la procédure, une ICSI peut être proposée au patient dans le but d’augmenter le plus possible les chances de succès.

Il existe toutefois diverses contre-indications à une insémination artificielle. L’on pourra alors évoquer dans ce cas les trompes bouchées du côté de la femme ou la faible concentration des spermatozoïdes chez l’homme. Dans de telles circonstances, l’on propose directement l’ICSI ou la FIV conventionnelle. Le délai pour accéder à la FIV dépendra aussi de l’âge de la femme. Si elle est par exemple âgée de plus de 38 ans, l’on passe plus rapidement à la FIV, car cette solution présente plus de chances de succès.

 

Au vu des informations disponibles dans cet article, il ressort de manière indéniable que de nombreuses solutions sont désormais proposées aux couples qui ont du mal à concevoir. Les différentes techniques de Procréation Médicalement Assistée présentent chacune des chances de succès qui sont assez variables. Pour en savoir plus sur ces différentes méthodes, vous pouvez simplement vous adresser à des centres spécialisés dans le domaine comme c’est par exemple le cas de Fertty International.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.