Warning : La santé gaie, c’est nouveau pour AIDES ?

JPEG - 28.6 ko

David Monvoisin : Le groupe communautaire Hommes Entre Eux (HEE) de AIDES a engagé une réflexion sur la santé gaie. Cette réflexion sur une approche globale de la santé s’inscrit dans la démarche de l’association depuis sa création. Si dans les premières années de l’épidémie au sein des communautés gays, nous avons essentiellement informé sur les modes de transmission du VIH et sur les moyens de s’en protéger, nous avons ensuite priorisé l’accompagnement des gays dans l’appropriation de ces messages dans leurs pratiques afin de favoriser une réduction des risques de transmission. Aujourd’hui après plus de 20 ans d’épidémie, dans une perspective au long cours, il importe d’aborder les conséquences de cette épidémie sur le désir et les difficultés à protéger sa santé contre et avec le VIH, ce qui ne signifie, bien évidemment pas, l’abandon de nos actions d’information ou de réduction des risques.

Vous avez présenté la santé gaie aux universités d’été homosexuelles, comment étaient les réactions ?

La présentation de ces réflexions à l’occasion des Universités d’Eté Euroméditerranéennes des Homosexualités à Marseille en juillet 2005, dans un cycle de 11 ateliers a permis de réunir près de 300 personnes, qui ont participé activement à ce projet. De nombreuses pistes de travail ont émergé de ces échanges, telles que le besoin de disposer d’espaces de paroles autour des questions de désir, de pratiques, de protection ou de non-protection ou encore de la vie en couple. Les relations avec le corps médical, la visibilité de la séropositivité, ou encore « le vieillir gay » seront, également autant de réflexions et de chantiers à mener par AIDES ET les communautés gays.

Quelles sont vos priorités dans ce domaine ?

Nos priorités sont de trouver dans la (les) communautés gay(s) les interlocuteurs qui voudront mener avec nous cette mobilisation qui doit maintenir la prévention du vih au cœur des objectifs de santé des gays.

Merci David.

 

Vidéos conférence VIH et santé gaie

Animateur national gay chez Aides, David Monvoisin participe aux travaux du groupe national d’action communautaire « Hommes entre eux ». Le groupe a décidé en juillet 2004 de renouveler son approche de la prévention du VIH, des hépatites et des IST avec la communauté Gay. Sans remettre en cause la nécessaire mission d’information et d’accompagnement sur les stratégies de prévention, nous avons fait le constat, comme d’autres acteurs de prévention à l’étranger, des limites de cette approche après vingt ans d’épidémie. Cette approche centrée sur la génitalité et les modes de transmission associés, mésestime la nécessité de prendre en compte de manière plus globale les déterminants de la santé des gays et les modes de construction collectifs de la santé sexuelle chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (MSM). Depuis un an, AIDES s’efforce de mettre en œuvre une stratégie de mobilisation qui vise les MSM, les acteurs communautaires gay mais aussi les acteurs institutionnels. En 2005, le travail de mobilisation sur le terrain dans le Sud Ouest lors d’une convention régionale « Hommes entre eux » et pendant les UEEH a commencé à porter ses fruits.