Warning : Les gays auraient-ils des vulnérabilités autres que le VIH et différentes de celles que l’on trouve dans la population générale ?

JPEG - 6.1 ko

Jen Wang (Zurich) : La plupart des décideurs, chercheurs et les gays eux-mêmes pensent que le VIH et les maladies sexuellement transmissibles constituent les seuls besoins spécifiques de santé des hommes gays. Les premiers résultats de l’enquête menée à Genève sur la santé des homosexuels ont été sur ce point surprenants et franchement, très bouleversants. Sur la plupart des indicateurs de santé que nous avons examinés sur un échantillon de gays, nous avons trouvé un profil de santé moins bon.

Qu’allez-vous présenter à la conférence par WARNING sur la santé gaie les 28 et 29 novembre à Paris ?

Je présenterai les résultats de l’enquête menée à Genève qui, pour la première fois au monde, en donne un tableau exhaustif qui explicite le profil de santé des hommes gays. Cette présentation inclura aussi ce qui a été découvert dans les autres études pour renforcer les preuves disponibles d’une vulnérabilité plus grande des gays dans beaucoup de domaines de santé.

GIF - 22.4 ko

Quels sont les éléments les plus intéressants en santé gaie ?

De façon plus générale, j’ai toujours été intéressé par la compréhension des mécanismes autour de la souffrance et de l’inégalité. Avec la santé des hommes gays, je peux voir ces choses à la fois de l’intérieur mais aussi avec une vision externe, de professionnel. Certains d’entre nous vont bien, et d’autres luttent. Et j’aimerais pouvoir mettre l’accent sur cette réalité, pour que tout autant au niveau individuel que communautaire, nous puissions commencer à répondre de manière appropriée.

Merci Jen

 

Vidéos conférence VIH et santé gaie

Chercheur à l’Institut für Sozial- und Präventivmedizin (Universität Zürich) et l’Institut Tropical Suisse (Bâle), Jen Wang est spécialisé dans l’épidémiologie VIH. Il a collaboré auprès d’organismes internationaux dont le  Harvard AIDS Institute et ONUSIDA. Jen Wang a mené de nombreuses études auprès des gays et des toxicomanes dans le domaine du VIH. Il est le principal chercheur du Projet santé gaie conduit par l’association communautaire Dialogaià Genève. Il participe activement au projet « Future Patient » mené en Suisse dont le but est de mesurer le niveau d’information et les compétences des patients et citoyens vis-à-vis de leur propre santé « health literacy ».

Documents joints

Projet Santé Gaie- Les premiers résultats de (...)
Projet Santé Gaie- Les premiers résultats de (…)