JPEG - 19.5 ko

Le CDC (Centers for disease control américain) vient de délivrer de nouvelles recommandations sur la prophylaxie pré-exposition orale quotidienne au Truvada [1]. Appelée plus simplement PrEP, cet outil de prévention pris chaque jour permet d’éviter d’être infecté par le VIH. Premier changement, les nouvelles recommandations sont destinées à tous les médecins et pas uniquement ceux spécialisés dans le VIH. Autre changement majeur, l’institut de santé public américain recommandent désormais l’usage de la PrEP à n’importe quelle personne ayant un risque substantiel de contracter le VIH, et non plus seulement aux hommes gais et bisexuels [2]. En clair, pour arriver à changer la courbe des nouvelles infections, le CDC fait le pari de la PrEP. Le préservatif ne suffit plus.

QUELS PUBLICS SONT CONCERNÉS PAR LES NOUVEAUX CRITÈRES ?

  • toute personne ayant régulièrement des rapports sexuels avec une personne vivant avec le VIH ;
  • tous les hommes gais et bisexuels n’utilisant pas le préservatif ou ayant eu une infection sexuellement transmissible dans les 6 derniers mois et qui ne sont pas en relation monogame avec une personne récemment testée séronégative ;
  • les hétérosexuel.le.s qui n’utilisent pas toujours de préservatifs avec des partenaires étant à risque pour le VIH (tels que les consommateurs de drogues injectables ou les hommes bisexuels de statut sérologique inconnu) et n’étant pas en relation monogame avec une personne récemment testée séronégative ;
  • tous ceux qui partagent des aiguilles ou s’injectent des drogues [3].

L’ensemble des critères et l’argumentaire sont accessible ici.

JPEG - 98.2 ko

OBJECTIF : 500 000 PERSONNES SOUS PREP

Le CDC rappelle que pris chaque jour, la PrEP réduit d’au moins 90% le risque d’attraper le VIH. D’après son directeur, la PrEP a la capacité de modifier la courbe de l’épidémie VIH aux États-Unis, mais il y a actuellement moins de 10 000 personnes sous PrEP alors qu’il y a 50 000 nouvelles infections chaque année dont 63% parmi les homos/bisexuels, et que le préservatif est de moins en moins utilisé. Avec les nouveaux critères, 500 000 personnes sont éligibles pour la PrEP. De quoi espérer un impact majeur sur les nouvelles infections. Un sacré défi !

DES RECOMMANDATIONS TRÈS LARGEMENT APPLAUDIES

Ces nouvelles recommandations ont été saluées par plus d’une soixantaine d’organisations de santé spécialisées contre le VIH/sida aux États-Unis dont la AIDS Foundation of Chicago, le Gay Men’s Health Crisis, and la San Francisco AIDS Foundation [4]. Elles soulignent l’importance des nouveaux guidelines du CDC qui fournissent l’information nécessaire à tous les médecins notamment sur l’aptitude de la PrEP à être une des options de prévention du VIH.

Ces organismes soutiennent que les spéculations des détracteurs de la PrEP (essentiellement le président de la Los Angeles AIDS Healthcare Foundation) sur un moindre usage du préservatif consécutif au développement de la PrEP « ne sont pas scientifiquement fondées ». D’autre part, ils précisent que d’aucun ne préconise de remplacer les préservatifs par la PrEP : « Les lignes directrices soulignent que la PrEP n’est pas pour tout le monde. Ni le CDC ni aucune de nos organisations ne militent pour l’utilisation sans discernement de la PrEP. Personne ne suggère que la PrEP orale se substitue aux préservatifs ; il s’agit plutôt d’une option supplémentaire que les personnes devraient être en mesure de choisir » [5].

Bonne nouvelle pour nos amis américains !