Dans le dossier PrEP, qui divise les associations et médecins, Marisol Touraine vient de s’engager fortement et a demandé à l’ANSM que celle-ci instruise le plus rapidement possible le dossier d’utilisation temporaire d’utilisation [du Truvada], qui permettrait selon la ministre, « dès que la firme [Gilead] aura déposé son dossier, d’avancer ».

Cet engagement de la ministre nous rassure mais nous restons vigilant(e)s. En février dernier, l’ANSM (agence française du médicament) nous avait confirmé qu’elle instruisait bien les demandes de RTU* faites par AIDES et notre association. Toutefois le contenu du courrier qui nous était adressé pouvait laisser croire que l’agence ne semblait pas emballée et allait trainer des pieds. L’engagement fort de la ministre vient relancer ce dossier fondamental dans la prévention du VIH.

Pour Marisol Touraine, « au delà de l’évaluation que l’agence fera, il faut prendre en compte le programme global de prévention du sida et définir comment une telle mesure pourrait s’y intégrer. C’est plutôt la façon d’intégrer ce dispositif que la question de savoir s’il faut intégrer ce dispositif qui est aujourd’hui posée ». On ne peut être plus clair !

D’après le courrier que nous adressé l’ANSM le 24 mai 2013, celle-ci aurait demandé à Gilead de déposer un dossier pour septembre. Les gais qui n’ont pas mais vraiment pas envie qu’on continue à les prendre pour des idiots avec le placebo d’Ipergay et le blabla de l’ANRS peuvent compter sur nous pour suivre l’affaire.

 

Pourquoi Warning soutient l’idée d’un accès à la PrEP via la RTU ?

 

* La Recommandation temporaire d’utilisation (RTU) est un dispositif français créé par décret en 2012 qui permet d’encadrer des prescriptions non conformes à l’autorisation de mise sur le marché (AMM). Pour le cas du Truvada, ce produit a obtenu une AMM comme traitement de l’infection à VIH. La RTU permettrait d’élargir cet accès en prévention. Cette mesure est temporaire et ne peut excéder 3 ans.