À la maison, au boulot ou en circulation, une plaie est vite survenue. Pour les personnes détestant se blesser, ce sont les cicatrices les pires ennemies. Ces gens détestent voir leur sang couler et surtout une blessure durer. La cicatrice n’est admise que parce qu’elle est la première étape de la guérison. Pour mieux apprivoiser sa plaie, il vaut mieux savoir comment aboutir tôt et vite au stade de cicatrisation. Si vous aimez votre peau, les bonnes astuces sont à connaitre. On ne la souhaite pas. On ne la programme pas. Une blessure est souvent inattendue et non préparée. Les solutions et les conseils efficaces à garder en tête se trouvent dans cet article.

Faire les bons gestes

Dès que l’on constate que l’on vient de se blesser, la première attitude à avoir est de garder son sang-froid. Cela permet de ne pas se faire de mauvais sang. Il ne faut surtout pas courir déranger les autres surtout lorsqu’il s’agit d’une plaie de rien du tout. La base est de réussir à contrôler les évènements. Pour ce faire, il est judicieux de s’en tenir aux gestes de base. Ainsi, les premiers instants comptent pour qu’une plaie cicatrise ou pas. Soit vous avez les astuces qu’il faut, soit vous demandez immédiatement conseil. Les premiers mouvements se résument à quelques faits simples.

  • Arrêter la saignée: le premier élément lorsqu’il y a une plaie, c’est le sang. Vous devez commencer par interrompre la coulée de sang. Pour cela, il faut trouver un moyen d’exercer une pression sur la plaie jusqu’à ce que le peu de sang se coagule et bloque le passage vers l’extérieur. La circulation à l’intérieur de votre corps va se poursuivre sans anicroche.
  • Essuyer la plaie: pour essuyer la plaie, habituellement l’on vous demande de mettre de l’alcool ou du coton. Pourtant, c’est risqué. L’alcool ne sert qu’à essuyer les contours de la plaie. Lorsque vous rajoutez de l’alcool, vous ne faites que détruire le peu de mélanine qui reste. Commencez par employer de l’eau propre, surtout pas de coton. Les fibres de ce dernier ne facilitent pas la bonne cicatrisation.
  • Utiliser un bandage: une plaie ouverte n’est toujours pas de bon augure. Les bactéries peuvent s’y déposer à volonté. Il vaut mieux veiller à ce que ce détail soit respecté. La couverture les empêche d’accéder à la blessure. Cette dernière reste du coup saine. La peau se charge du reste.

Si vous faites ce qu’il faut dès le départ, il est encore possible d’accompagner la cicatrisation ou de vous en remettre à votre organisme.

S’en remettre à son organisme

Le corps humain est conçu si magistralement que les cellules se reproduisent seules sans l’aide extérieure. Si vous avez une bonne peau gardée à l’abri de toute corruption, le corps se charge du reste.

La cicatrisation est normalement un fait naturel.

Il n’y a pas de besoin de crème ou d’huiles essentielles. Ainsi, en quelques jours, votre peau aura retrouvé toute sa splendeur et son élasticité. Il vous reste un dernier travail à régler pour aider. Vous êtes tenu de conserver la plaie loin de toute infection. Cela facilitera la reproduction des cellules pour une reconstruction de votre peau.

Consulter un médecin

Les agents de santé sont souvent appelés comme les derniers recours. Certains ont recours à eux pour de petites broutilles. Cela aide aussi, surtout les fonctionnaires. Jouissant d’une prise en charge de la part de l’État, ils font de leur mieux pour profiter d’autres fonctionnaires de l’administration. Pour ceux-là, une blessure devait mener à l’hôpital. Le matériel médical est au point à ce niveau. Il est de notoriété publique que les médecins sont les remparts les plus sûrs contre les maladies. En plus, ils ont l’équipement adéquat et la science de leur côté. Aller à l’hôpital, lorsqu’il s’agit d’une plaie profonde c’est le mieux à faire. Ils vous soignent en quelques tours de main et vous revenez sur pied.

Choisir les huiles essentielles

Au cas où après la première solution, il n’y aurait pas vraiment un résultat convaincant ou vous reconnaissez que vous cicatrisez difficilement, il faut un complément. C’est dire que vous devez soit recourir aux vielles pratiques de bonnes vieilles femmes, de votre tante ou de votre aïeule. Cela aide souvent. Ce sont de vieilles recettes qui permettent de prendre soin de sa peau.

Plusieurs huiles peuvent servir dans ce cas. Vous aurez à faire la connaissance des vertus de produits que vous aviez toujours vus autour de vous sans en connaitre l’utilité. La liste est longue, mais retenez quelques éléments. Ce devrait être suffisant. Il y a entre autres le thym, le ciste, le laurier noble, le cajeput, le chanvre et la lavande. Ces huiles essentielles peuvent rapidement vous faire cicatriser sans contaminer votre plaie.

Miser sur les crèmes

Les crèmes sont légion dans les pharmacies. Il faut juste en avoir dans son sac au cas où le besoin se fera sentir. Le principe avec les crèmes, c’est d’abord de tenir les bactéries loin de la blessure. Ensuite de créer un cadre propice au développement des cellules et enfin de vous soulager de la douleur. En fait, lorsqu’il y a une ouverture externe, le moindre mouvement de ce côté de la peau fait mal. Les crèmes rétablissent alors l’élasticité de la peau. Ainsi, vous êtes à l’abri des douleurs lancinantes. Parmi tant d’autres accessoires, la crème ialuset peut servir. Elle est aujourd’hui établie sur le marché comme l’un des meilleurs produits.

Employer le miel

Le miel est l’un des produits les plus bénéfiques pour le corps humain. Sa composition en fait un outil de première nécessité. L’on vous conseillera d’en avoir toujours chez vous. Même si ce n’est pas pour soigner une plaie, ce devrait servir. Cela entre bien dans l’alimentation avec ses nombreux apports à l’organisme. Ici, vous avez à l’appliquer sur la plaie après l’avoir bien sûr nettoyé. La cicatrisation va s’accélérer et vous en serez seul bénéficiaire. À votre place, nous nous presserons de nous en procurer. Le produit doit être de bonne qualité pour que le traitement soit efficace.

Utiliser l’aloès Vera

Parmi tous les ingrédients naturels soignant la peau se trouve cette plante. Elle aide à parfaire la constitution de la peau. Elle est aussi là pour soigner tous les malaises épidermiques. Sa constitution naturelle est en lien avec les différentes vertus qu’on lui trouve. Elle est riche en substances utiles. En dehors de ce paramètre, elle est facile à utiliser.

Vous n’avez qu’à en planter quelque part dans un pot au niveau de votre terrasse. S’il y a un souci, vous avez votre médicament prêt à être utilisé. Au besoin, vous pourriez l’employer pour des problèmes de chevelure.

Se servir de l’argile

La bonne vieille médecine africaine garde toujours ses lettres de noblesse. Vous pouvez toujours essayer. Vous ne serez pas déçu. Pour en employer, il faut tout de même en avoir chez soi. Dans ce monde en pleine colonisation par le béton, il est difficile de tomber sur de l’argile. Mais dans les campagnes, ce remède ferait bonne figure. Elle a déjà servi à plusieurs reprises et peut encore servir. Il suffit de mouiller de l’argile et de la malaxer comme une pâte. À la fin du processus, il faut l’appliquer sur la plaie et la garder ainsi avec un bandage. Le tout doit se faire plusieurs fois par jour jusqu’à cicatrisation complète de la plaie.

Essayer l’ail

Les vieilles habitudes ont la peau dure, surtout si elles sont bonnes. Aujourd’hui, plusieurs personnes continuent d’exploiter l’ail. Certaines la limitent à la cuisine. D’autres s’en servent pour améliorer leur santé. Pour votre gouverne, cet ingrédient culinaire soigne aussi les blessures. Il les aide à cicatriser le plus tôt possible. Cela revient à en mettre juste un peu dans la plaie.

Contrairement aux croyances, l’ail n’a pas un effet piquant. Il aide juste à avoir une bonne reconstitution des cellules. Sa composition rend la duplication des cellules plus rapides et importantes. Ainsi, la plaie sera cicatrisée en quelques jours et vous ne sentirez plus de mal. Il faut surtout veiller à ce que les jours suivants tout soit mis en œuvre pour la guérison complète de la plaie.

Les gestes à éviter

Cicactriser suppose d’abord faire les bons gestes. Il faut également que vous soyez en mesure d’éviter les comportements les plus malsains. Chaque geste à partir du moment de la survenue de la plaie jusqu’à sa guérison compte. Évitez les mauvais.

Gratter la plaie 

Il arrive qu’au bord de la cicatrisation, la plaie vous démange. L’envie de gratter est tellement forte que l’on ne se préoccupe plus de la douleur que cela crée. On se sert de ses doigts ou d’un grattoir. Cela a simplement pour résultat de rouvrir la plaie et d’envenimer la situation. Gardez alors le contrôle de votre corps.

Mettre de l’alcool

L’alcool a pour vertu de purifier, mais aussi d’assécher la plaie. Si cette dernière s’assèche, vous le payez de douleurs et de manque d’humidité. Or, pour que les différents éléments employés fonctionnent, il leur faut une atmosphère donnée. En usant d’alcool, vous venez alors de créer des complications.

Se raser sans désinfecter 

Des fois, l’on a des plaies cachées par les poils ou couvertes par les cheveux. Le cas échéant, il vaut mieux raser la partie, en l’occurrence enlever les poils. Cela permet d’avoir accès plus facilement aux plaies et de se faire soigner plus simplement. Pour cette raison, le rasage doit se faire avec des lames nouvelles et désinfectées. Cela permet d’écarter les risques de contamination ou d’infection de la plaie.

Globalement, une plaie gênante empêche de faire certaines activités. En vous servant des différentes astuces, conseils et solutions sus cités, vous pourrez vous mêler aux autres très rapidement. Cette affaire ne sera plus qu’un souvenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.