La communication non violente est une idée de Marshall Rosenberg qui a pour but d’améliorer la façon de communiquer entre personnes. Elle consiste à nous exprimer sur nos ressentis tout en adoptant une bonne manière de parler. Cette méthode repose sur 4 piliers essentiels sur lesquels il faut s’appesantir. Ces derniers permettent de communiquer sereinement afin d’éviter d’aller sur un terrain conflictuel. Quelles sont donc différentes bases ? En quoi consistent-elles ? Découvrez les réponses à ces questions dans ce dossier.

Pilier 1 : L’observation

Pour se former à la communication Nonviolente, il faut tout d’abord se montrer observateur. Cette attitude permet d’éviter les jugements et de les généraliser. De même, cela vous fera éviter les aprioris sur l’autre ou sur un sujet. En privilégiant l’observation, vous aurez à décrire ou à expliquer toute situation :

  • De façon objective ;
  • De façon factuelle ;
  • De façon précise.

De ce fait, les critiques ne feront plus partie de vous. Il sera juste question de s’exprimer de la manière la plus neutre possible. Au lieu de dire« tes effets traînent encore au salon », il est mieux de préférer « j’ai vu tes effets dans le salon ».

Pilier 2 : Les sentiments

Le second pilier sur lequel se repose la communication bienveillante est le sentiment. Il s’agit ici d’exprimer vos ressentis par rapport à une situation de sorte à donner l’impression d’un constat. Si par exemple, une personne commet un acte qui vous offense, vous n’avez pas à mal réagir. En vous mettant à la place de la personne qui recevra votre discours, vous prendrez le temps de vous calmer et de parler plus sereinement. Ainsi, au lieu d’exprimer votre mécontentement, vous prendrez la peine de canaliser vos émotions et émettre des constats. Vous n’avez pas à rendre l’autre responsable de ce que vous ressentez.

Pilier 3 : Les besoins

Si la communication non violente a considéré les besoins comme le troisième pilier, c’est bien parce que chacun ressent des besoins. Cependant, tout le monde n’arrive pas à les exprimer. La raison ? La plupart ne savent pas en effet identifier ce dont ils ont besoin. Heureusement qu’il existe la méthode CNV pour les aider à régler ce problème. Ils pourront ainsi déterminer leurs besoins afin de les exprimer clairement sans se faire mal interpréter. De plus, cela leur permettra de s’inscrire dans une action réparatrice. Ils parviendront à faire comprendre leurs besoins et envies sans avoir à accuser l’autre.

Pilier 4 : La demande

La demande est le dernier pilier de la communication non violente. Elle consiste à indiquer à l’autre ce que vous voulez de lui. Ici, vous n’avez pas à attendre que l’autre devine ce que vous souhaitez avoir de lui. C’est à vous de vous prononcer clairement afin de le mettre au courant. Il s’agit en réalité de prendre la responsabilité de ses besoins en formulant une demande. Cette responsabilité peut être appréhendée de plusieurs manières ici. La demande doit être faite de façon polie. De plus, vous ne devez pas espérer des attentes concernant l’autre. L’idéal serait de donner le choix à votre interlocuteur et de préférer le dialogue.

En fin de compte, Marshall Rosenberg a mis au point une idée brillante qu’est la communication non violente. Elle se fonde sur 4 piliers qui sont l’observation, les sentiments, les besoins et la demande.