Le journal de la démocratie sanitaire vient de publier dans sa livraison de décembre 2004 un dossier sur la pénalisation de la contamination VIH. L’ancien fondateur d’Act Up, qui avait rejoint WARNING y est interviewé sous l’étiquette de membre du collectif WARNING. Or, depuis la mi-octobre Didier Lestrade s’est séparé de l’association.

L’interview laisse penser le contraire et risque d’amener les lecteurs à supposer qu’il est toujours l’un des portes parole du groupe. Les positions de Didier exprimées dans ce dossier lui sont personnelles et ne sont pas celles de Warning. Nous publierons les nôtres, comme prévu, pour le 1er décembre sur notre site internet.