20 mn chrono de temps à ma disposition pour écrire ce petit texte de fin d’année 2013. Femme en association de santé communautaire et de lutte contre le sida, je n’ai jamais autant ressenti le besoin d’être militante, même si les LGBT ont commencé à conquérir leurs droits en France par le droit de se marier. Le droit de se marier pour les lesbiennes mais par contre toujours pas le droit d’accéder à la PMA…

Constamment tiraillée entre deux cultures, celle de mon enfance, la population générale hétéronormée et hétérocentrée, et celle de ma 2ème famille, la communauté LGBT depuis mes 21 ans, je milite discrètement depuis le début pour les droits des femmes avec mes complices et amis gays.

En tant que femme, j’attends avec impatience en France les autotests VIH car je n’ai pas envie de me faire dépister ni dans un laboratoire, ni par mes pairs ou mes collègues de travail. En tant que femme j’attends aussi avec impatience le droit de pouvoir bénéficier de la PrEP comme nouvel outil de prévention. Parce que mon corps m’appartient.

J’aime ce que nous avons baptisé à Warning, la « prévention diversifiée » car les outils de prévention (les préservatifs mais aussi les dépistages, les antirétroviraux en post exposition comme le TPE et le TasP, les antirétroviraux pris en pré exposition comme la PrEP) ne sont pas là forcément pour s’additionner mais pour donner aux personnes, une prévention adaptée à leur vie réelle, leurs désirs et leurs besoins et leur permettre de vivre une sexualité épanouie, tout en renforçant leur santé sexuelle, émotionnelle et psychique, en deux mots, leur santé globale.

En tant que femme, militante et mère aussi, le recul du droit des femmes espagnoles de disposer de leur corps par la suppression du droit à l’avortement, me terrifie en cette fin d’année 2013.

L’Espagne est là pour nous avertir que certains droits acquis peuvent être à tout moment remis en question, voire abrogés. 2014 sera pour nous militants LGBT en santé communautaire, une année de plus à défendre nos droits. Courage !