Les maladies diurétiques sont récurrentes de nos jours. Selon les scientifiques, elles sont dues à la consommation d’eau de mauvaise qualité. Il est donc possible de les éviter en filtrant le liquide que nous ingurgitons quotidiennement. De nombreuses solutions de filtrage existent sur le marché. Certaines d’entre elles accentuent bien au contraire la toxicité de l’eau consommée. Il vaut mieux opter pour une alternative bio. Le charbon binchotan offre de meilleures garanties pour la santé de l’Homme. Quels sont en réalité ses avantages ?

Consommation de l’eau de robinet : une pratique courante en France

De nombreuses marques d’eau minérale sont présentes dans les commerces en France. Elles clament la bonne qualité de leurs produits. Malgré cela, les consommateurs français préfèrent consommer l’eau du robinet. Le centre d’information sur l’eau a mené en 2018, une enquête dénommée « Les Français et l’eau ». Il en ressort que presque tous les ménages français utilisent l’eau dite courante pour les tâches ménagères, et que 67 % d’entre eux la boivent au quotidien. Cette préférence s’explique par le côté naturel de l’eau du robinet. Mais l’eau courante est-elle pour autant un produit naturel ?

Eau courante : attention aux composantes chimiques

Un proverbe basque affirme : 

Pour avoir l’eau la plus claire, il faut aller à la source

Mais la clarté de l’eau de source ne garantit pas sa potabilité. Sans compter les éléments toxiques intégrés lors du transport. Donc, contrairement à ce qu’on peut penser, l’eau courante peut s’avérer toxique. Pour pallier ces effets, le liquide subit des traitements avant de parvenir aux ménages. Ces modifications sont censées désinfecter l’eau des micro-organismes. Elle pourra ainsi être propre à la consommation. Pour ce faire, le centre de traitement apporte des substances chimiques au liquide.

Le chlore et l’aluminium

L’OMS a établi près de 60 critères de potabilité de l’eau. Les centres de traitement font alors tout pour se mettre en règle. Malheureusement, ils mettent à mal la santé des consommateurs. Au nombre des sels utilisés, on retrouve le sulfate d’aluminium. Il sert à épurer les eaux troubles. Quant au chlore, son rôle est de débarrasser le liquide des bactéries qui l’infectent.

Le nickel et le plomb

Certaines canalisations qui desservent les consommateurs en eau potable en France sont vétustes. D’autres datent même des années 70. Ces installations en plomb finissent par contaminer l’eau. Malgré la modernisation du réseau, 5 % des canalisations contiennent encore cette substance toxique. On retrouve également quelques traces de nickel dans l’eau de robinet. Avec les canalisations en PVC, on remarque du chlorure de vinyle dans l’eau. Cette substance est réputée très cancérigène.

Les nitrates et les pesticides

L’industrialisation de l’agriculture aggrave la pollution. La nappe phréatique est quotidiennement agressée par les pesticides utilisés par les agriculteurs. Cela affecte directement l’eau du robinet. Celle-ci est contaminée par les composantes chimiques toxiques de ces produits. On y retrouve essentiellement des nitrates. Selon les spécialistes, 50 ml d’eau de robinet apportent 34 % de nitrates présents dans le corps humain.

Eau du robinet : risques de maladies diurétiques

Les différentes composantes chimiques présentes dans l’eau ne sont évidemment pas sans conséquence sur la santé. On constate leurs effets à moyen ou long terme. De toutes les façons, elles peuvent entrainer des maladies graves. Au nombre de celles-ci, on peut noter les infections diurétiques. Elles affectent aussi bien le cerveau que les autres organes vitaux de l’Homme

  • Défaillance du système cérébral

Certains cas d’Alzheimer sont intimement liés à la consommation d’eau courante. Lorsque l’utilisateur est constamment exposé au plomb, son cerveau peut être atteint. En réalité cette substance chimique peut dérégler le taux de calcium chez le consommateur. Or le manque de calcium peut à son tour entrainer les troubles neuropsychiques. Progressivement, le plomb altère les fonctions cognitives de l’individu. La présence de l’aluminium accentue les troubles du système nerveux. L’association de ces deux substances toxiques peut donc causer des troubles de la mémoire et du comportement chez l’Homme.

  • Des intoxications aiguës

Le consommateur d’eau non filtrée met aussi ses reins en danger. En effet, ces organes filtrent l’eau que nous buvons. Les substances toxiques sont éliminées du corps par les urines. Mais dans le cas des pesticides présents dans l’eau courante, le filtrage est plus difficile. Les reins ont du mal à laisser passer ces éléments toxiques. Ils stagnent donc dans l’organe et finissent pas le détruire. Le consommateur est donc exposé aux risques de diabète et d’insuffisance rénale.

  • Des maladies cardiovasculaires

L’eau non filtrée peut entrainer l’hypertension artérielle ou une insuffisance cardiaque. Les nitrates contenus dans l’eau traitée se transforment en nitrites dans l’organisme humain. Ces toxines sont très dangereuses, surtout pour les nourrissons et les femmes enceintes. Elles ralentissent l’arrivée de l’oxygène dans le cœur. Lorsque leur taux est élevé dans le sang, le transport d’oxygène devient carrément impossible. Dès lors, le consommateur peut faire un accident cardiovasculaire.

  • Des risques de cancer

On retrouve de l’arsenic dans l’eau courante. Cette substance est réputée très cancérigène. L’eau courante est contaminée par son contact avec le sol. Ce n’est d’ailleurs pas la seule composante cancérigène dans l’eau du robinet. Les centres de traitement ajoutent du chlore pour désinfecter l’eau. La présence de chlore en excès dans l’eau peut aussi être la cause des cancers du poumon, du côlon ou de la vessie.

Eau de robinet : le filtrage devient indispensable

La présence de ces nombreuses substances toxiques remet en question la qualité de l’eau du robinet. Faut-il finalement abandonner sa consommation ? Il faut préciser qu’il existe des moyens efficaces pour améliorer la potabilité de l’eau courante. Vous pouvez même éliminer tous les éléments nuisibles qui s’y retrouvent. De multiples solutions existent : Osmoseur, adoucisseur,   carafes filtrantes et filtrage au robinet. Toutes ces possibilités ne sont pas sans conséquence sur la santé humaine. Elles dégagent aussi des substances impropres à la consommation. Dans ce cas, le recours à une solution écologique devient indispensable. Un dispositif bio filtre efficacement l’eau. Il améliore également son goût.

Le charbon binchotan : tout sur une solution naturelle

Comment filtrer l’eau sans nuire à sa santé ? Tous les filtres classiques ont montré leur limite. L’usage du charbon binchotan reste la seule solution efficace. Beaucoup entendent parler de ce filtre naturel sans savoir ce que cela signifie réellement.

La genèse du binchotan

La découverte du charbon binchotan date de la fin du XVIIe siècle, au cours de la période Edo. En réalité le charbon végétal est utilisé dans la cuisine japonaise depuis des siècles. Il en existe différentes variétés. Le charbon binchotan doit son nom au charbonnier Bichu-ya Chozaemon. Il est cultivé dans la région du Kishu Binchotan au Japon. Produit de manière artisanale, il conserve toutes ses propriétés naturelles.

Le processus de fabrication

La production du charbon binchotan résulte d’un savoir-faire ancestral. C’est un lègue qui a perduré de génération en génération. Le Japon dispose de nombreuses forêts de chênes verts. C’est à partir de ces bois que le charbon binchotan est obtenu. La transformation du bois se fait sur plusieurs jours. Il est d’abord passé à basse température. Il sera ensuite chauffé à des températures plus élevées. Le feu est ensuite éteint grâce à la cendre blanche. L’objectif est de conserver le plus de carbone possible dans le charbon. Encore appelé Ubame, le chêne vert est plus résistant que toutes les autres catégories de chênes.

Le charbon binchotan : un filtrage profond

Pourquoi le binchotan est plus efficace ? En dehors de son aspect naturel, le binchotan nettoie l’eau en profondeur. Grâce à ses propriétés, toutes les composantes chimiques présentes dans l’eau sont éliminées. Contrairement aux autres filtres, le binchotan ne laisse aucune trace de substances toxiques dans l’eau. Mieux, il conserve le calcium et le magnésium présents dans l’eau courante. Pour un filtrage optimal, il est conseillé de le faire reposer pendant 8 heures dans l’eau.

Le charbon binchotan : un produit durable

En plus d’être efficace, le charbon binchotan est très économique. Vous pouvez l’utiliser pendant 6 mois. Après les 3 premiers mois, il faudra bouillir votre charbon. Il sera ainsi débarrassé des matières toxiques recueillies dans l’eau. Après les 6 premiers mois, votre charbon peut vous être encore utile. Il peut servir de désodorisant pour vos vêtements ou de compost pour les plantes. Les avantages du charbon binchotan ne se limitent pas à ce niveau.

Le charbon binchotan : une efficacité prouvée

De nombreuses études scientifiques ont démontré l’apport qualitatif du charbon binchotan à l’eau. Ce charbon actif est doté d’une structure microporeuse. Cette propriété est une qualité très recherchée pour filtrer l’eau. Grâce à elle, le charbon absorbe toutes les substances toxiques présentes dans l’eau. Les expériences ont également prouvé que le charbon binchotan est capable de neutraliser le phénol. C’est une substance rejetée par les industries pétrolières et pharmaceutiques. Lorsque l’eau transite dans une région industrielle, elle peut être infectée par cette composante dangereuse pour l’homme. De nombreux tests ont été réalisés sur l’eau, avant et après son filtrage par le charbon actif. Il en ressort que la turbidité et le pH du liquide sont améliorés après l’introduction du charbon binchotan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.