Ce n’est pas souvent très apprécié par une personne âgée d’être envoyé à l’EHPAD ou dans une maison de retraite. Les traitements ne sont pas souvent favorables à un bon développement mental, tout en assurant un environnement familial sain. C’est pour cela que l’on fait appel à l’accueil familial, une solution alternative pratique.

L’accueil familial des personnes âgées, quèsaco ?

L’accueil familial des personnes âgées est un dispositif qui permet de placer une personne d’un certain âge chez un accueillant. Ainsi, elle peut profiter d’un cadre familial et d’un milieu de vie adaptés à ses conditions de dépendance. L’accueil familial s’adresse également aux personnes qui ont un handicap et une perte d’autonomie selon le GIR (Groupe iso-ressource).

En plus d’un bel environnement social, la personne reçoit également une présence aidante tout au long de la journée. C’est l’équilibre parfait entre le maintien à domicile, mais aussi l’hébergement collectif. Un accueillant peut héberger 3 à 4 personnes âgées à la fois, sous certaines conditions auprès du département social.

Les conditions, les responsabilités et les obligations de l’accueillant familial

Être un accueillant familial n’est pas donné à tout le monde. En effet, il y a des conditions à remplir et des responsabilités à respecter. Sinon, il serait considéré comme un simple aidant familial ou aide-soignant à domicile.

Les conditions à remplir pour être un accueillant familial

Pour avoir le statut d’accueillant familial en France, il faut tout d’abord disposer d’un agrément auprès du conseil départemental.il va stipuler que la personne ou le couple est en mesure de prendre en charge une personne en perte d’autonomie, âgée ou ayant un handicap.

Par ailleurs, il doit accepter tous les termes de son contrat, qui peut durer 5 ans et plus. Les accueillants familiaux ne doivent pas avoir de lien de parenté avec la personne hébergée. Un parent ou un enfant ne peut donc pas œuvré dans ce domaine.  Et enfin, un accueillant familial doit suivre une formation initiale et continue pour prendre soin de ces types de personnes, et doit avoir une initiation pour les gestes de secourisme.

Les obligations d’un accueillant familial

En plus des conditions d’adhésion en tant qu’accueillant familial, il faut aussi remplir certaines obligations.

Tout d’abord, l’accueillant doit s’assurer que les conditions de vie de son habitat soient favorables et adaptées aux personnes. Une chambre doit au moins faire 9 m2 pour accueillir une seule personne, lui offrant ainsi un bon espace personnel.

Ensuite, l’accueillant doit aussi avoir les équipements pratiques pour une personne ayant une perte d’autonomie : ascenseur pour fauteuil roulant, rampe de sécurité, etc. La maison doit également disposer d’un moyen de communication en cas d’urgence pour la personne accueillie.

Et enfin, les accueillants sont dans l’obligation de toujours remettre en état leurs résidences pour une condition favorable de santé pour l’hébergement de la personne. Une maison insalubre n’est vivement pas recommandée.

Les responsabilités d’un accueillant familial

L’accueillant familial a aussi certaines responsabilités envers la personne hébergée, notamment dans le cadre médical. En effet, il doit prendre en charge les soins et les suivis de la personne dépendante, ainsi que les visites auprès d’un médecin si besoin est. Par ailleurs, il va se charger de la toilette, de l’hygiène, du repas et des autres activités du senior.

Les personnes qui peuvent être reçues en accueil familial

Toutes personnes peuvent intégrer un accueil familial si elles ou leur famille en ont les moyens. Toutefois, ce dispositif s’adresse à quelques types de public :

  • un senior de 60 ans et plus avec perte d’autonomie ou non ;
  • une personne handicapée ;
  • une personne avec une maladie neuro-dégénérative.

Les personnes n’ayant pas de famille ou de proches pour s’occuper d’elles peuvent aussi faire appel à ce service.

La durée de l’accueil varie en fonction des besoins de la personne et de la disponibilité de l’accueillant. Certains proposent des prestations de journée uniquement, temporaire, permanente, etc.

La rémunération d’un accueillant familial

La rémunération d’un accueillant familial est très variable selon les conditions stipulées dans le contrat. Mais sa valeur brute minimum est de  25.08 euros. On doit aussi prendre en compte plusieurs indemnités au niveau des coûts : indemnités d’entretien et de logement, indemnités de sujétions particulières et indemnités de congés.

C’est la personne hébergée qui se charge de la rémunération de l’accueillant, et il doit déclarer ses versements en tant que tels. Il est tout de même à noter que les coûts à payer auprès d’un accueil familial sont 50 % moins chers que pour un établissement de retraite. C’est pour cela que c’est une meilleure alternative.

Les aides financières dans le cadre de l’accueil familial

La personne hébergée peut profiter de certaines aides sociales, d’un conseil et de subventions pour pouvoir payer la rémunération de son accueillant : APA, PCH ou encore l’aide au logement. Les non-bénéficiaires de ces aides utilisent leur propre revenu de retraite pour payer leurs soins.