Le secteur industriel, l’un des plus dynamiques qui existent, constitue un véritable moteur pour l’économie des nations. Les activités qui y sont pratiquées sont complexes et emploient des procédés spécifiques. Il peut être question d’usiner des pièces, de réaliser des alliages de métaux, d’effectuer des transformations spécifiques ou des tâches diverses.

Dans l’accomplissement des différentes tâches à eux confiées en industrie, les employés sont constamment confrontés à des risques divers : ce sont les risques industriels. Ces derniers peuvent être à la base de nombreux troubles graves chez les professionnels, affectant de facto leur bien-être. Pour assurer la pérennité du secteur et gagner en productivité en industrie, il convient de prendre des mesures préventives pour pallier les risques encourus.

Identifier les différents types de risques

Avant de prendre des mesures à opposer aux risques auxquels font face les professionnels du secteur industriel, l’identification des divers risques encourus est indispensable. Ce sont des accidents qui surviennent dans les industries. D’abord, les risques industriels peuvent naître de diverses situations. Il peut s’agir d’une activité non maîtrisée, d’utilisation de produits chimiques inadaptés, de postures contraignantes inappropriées.

Ils sont classés dans la catégorie des risques technologiques, puisqu’à la base, ils sont le résultat d’activité humaine. Ainsi, des maladies parfois graves, des dommages psychologiques ou corporels ainsi que des séquelles à effets immédiats peuvent s’en suivre. Au nombre des risques industriels, l’on distingue :

  • les risques mécaniques et physiques ;
  • les risques biologiques et psychologiques ;
  • et les risques chimiques et radiologiques.

Chacun de ces risques présente des spécificités qu’il est indispensable d’analyser afin de prendre les mesures idoines.

Les risques mécaniques et physiques

Dans la manipulation des grandes machines d’industrie, le professionnel peut faire l’objet d’une blessure grave. Ce sont les risques mécaniques. Cette dernière est en général due à l’action mécanique des pièces de machines ou d’éléments fluides projetés ou solides. Toutefois, les risques mécaniques peuvent être d’ordre électrique, pneumatique ou même hydraulique, etc. Les conséquences peuvent aller de l’écrasement ou l’amputation d’un membre à la mort du professionnel.

Les risques physiques sont quant à eux liés à l’accomplissement des tâches routinières. Ils concernent l’utilisation d’équipement industriel additionnel. Ainsi, ils surviennent le plus souvent par inadvertance et peuvent être à l’origine de troubles sévères chez le salarié.

Les risques biologiques et psychologiques

Les risques biologiques résultent de l’exposition trop poussée à des agents infectieux, ayant des effets allergisants essentiellement par inhalation. Les risques psychologiques sont ceux qui naissent de la forte pression de travail, des charges excessives et du stress qui règne dans le secteur industriel.

Les risques chimiques et radiologiques

En industrie, certains produits chimiques utilisés pour réaliser certaines tâches clés ne sont pas convenables au corps et à l’organisme des humains. En effet, certains de ces produits sont cancérigènes, mutagènes, nocifs, corrosifs et irritants. De ce fait, ils sont donc peu recommandables. Une exposition, même dans les moindres proportions, représente un véritable risque : il s’agit des risques chimiques.

Les risques radiologiques sont par contre les risques liés à l’existence en industrie, de rayonnements laser ou électromagnétiques et des radiations ionisantes. Contrairement à certains risques, les risques radiologiques s’étendent sur le long terme et peuvent affecter plusieurs générations après le sujet exposé aux risques. Il est donc primordial de veiller au bien-être des employés pour éviter des dommages à grande échelle.

Adopter des mesures préventives

Pour assurer une protection efficace des employés, des actions de préventions devront être menées en prélude à la survenue des risques industriels professionnels. De telles mesures de prévisions permettent aussi d’améliorer les conditions de travail des employés. Pour mener ces actions, il est indispensable d’informer, de former et de mettre sur pied un organe de prévention avec des fonds spécifiques alloués à cet effet. Les mesures doivent être prises en considérant les types de risques à prévenir.

Prévention des risques chimiques, biologiques et radiologiques

L’une des causes majeures de risque chimiques, biologiques et radiologiques est la mauvaise ventilation du lieu de travail. Vous devez donc opter pour un ventilateur industriel pour une meilleure aération des locaux. Une telle mesure garantit le renouvellement continu de l’air ambiant pour favoriser l’évacuation des vapeurs toxiques, nuisibles à vos salariés. Cela permet d’éviter les risques respiratoires. Aussi, les locaux doivent intégrer des systèmes d’extraction d’air pour convoyer les gaz toxiques vers l’extérieur.

Grâce à un entretien continu et efficace des systèmes de ventilation, l’exposition des travailleurs pourrait être limitée au maximum à 8 heures par jour. Ainsi, votre industrie sera conforme à la Valeur Limite d’Exposition (VLE). Toutefois, il est impératif de prévoir le port de combinaisons adaptées pour chaque travailleur afin d’éviter au maximum les expositions aux radiations.

La combinaison à porter doit être fonction du poste occupé par chaque travailleur. À cet effet, vous devrez prévoir des masques de protection contre les émanations de gaz. Pour limiter l’effet des décibels sur l’organisme, vous devrez prévoir des bouchons d’oreilles. Enfin, des gants de protection pour les mains permettront de limiter les contacts avec les objets radioactifs.

Aussi, vous devez prévoir une surveillance médicale régulière pour les contrôles sanitaires au sein des équipes de salariés.

Prévention des risques mécaniques, physiques et psychologiques

Pour pallier les différents risques liés à l’utilisation des puissantes machines industrielles, votre service des Ressources humaines doit prendre des mesures préventives spécifiques. Déjà, vous devez tenir compte des normes en vigueur pour le choix des machines. Ces dernières doivent impérativement intégrer des dispositifs d’alerte. Ainsi, vous pourrez réduire efficacement les risques d’écrasement, de coupures ou tout autre risque à impact sanitaire.

Les machines devront donc intégrer :

  • des boutons d’arrêts d’urgence ;
  • des barrières immatérielles spécifiques ;
  • et des interrupteurs de sécurité.

Dans l’utilisation des machines, les boutons d’arrêts d’urgence favoriseront un arrêt automatique des machines en cas d’urgence ou de dégâts techniques. Les barrières immatérielles, équipées de détecteurs de mouvement, favorisent une coupure automatique de l’alimentation électrique des machines en cas d’incidents.

Il est essentiel de s’assurer une installation électrique conforme aux normes requises sur les machines lourdes. Vous pourrez ainsi éviter l’apparition des étincelles électriques pendant l’utilisation des machines. De même, il est primordial de garantir dans les locaux des conditions qui minimisent les risques autour des machines.

Ainsi, pour éviter les chutes en industrie, vous devrez prévoir pour les sols des revêtements antidérapants. Il convient aussi de définir des zones à risques et des zones sécurisées pour faciliter la circulation au sein des locaux de l’industrie.

Pour une gestion optimale des risques psychologiques, les Ressources Humaines doivent veiller à limiter le niveau de stress. Il convient d’initier des formations visant à détecter les premiers signes d’alertes et à engager une prise en charge rapide des concernés. Il faudra éliminer tout facteur d’inattention pour ainsi limiter la survenance des accidents d’imprudence. Ainsi, il est primordial d’améliorer les conditions de travail en industrie afin de garantir une santé physique et mentale optimale.   

Entreprendre des campagnes de prévention

Pour assurer la protection de vos employés d’une façon pérenne, vous devrez adopter de bons réflexes. Aussi, l’adoption des mesures de prévention en faveur des salariés du secteur industriel relève avant tout de la responsabilité de l’employeur. D’ailleurs les articles L.4121-1 et L.4121-2 du Code du travail l’explicitent clairement. En effet, ils exigent la prise des mesures nécessaires visant à garantir la sécurité et la protection de la santé mentale et physique des employés.

Il s’agit donc de trouver des astuces et des procédés pour garder le bien-être de vos salariés du secteur industriel à l’abri de tout danger. Les actions à mener reposent, selon la loi, sur certains principes clés.

Vous vous devez avant tout d’user de tous vos efforts pour éviter la survenue du risque. Toutefois, puisque le risque ne peut être évité dans certaines activités, vous devrez les évaluer et les combattre. De plus, vous devez vous rendre à l’évidence que les différentes tâches en industries sont exécutées par l’Homme et ainsi les adapter à leur capacité.

Le chef d’entreprise doit tenir compte des avancées technologiques afin de remplacer les techniques de production dangereuses pour l’homme. Pour une prévention dynamique des divers risques, il est utile d’en faire la planification en y intégrant l’organisation, la technique et les conditions de travail. Aussi, les mesures de protection prises doivent être collectives et servir d’instructions aux travailleurs.

Impliquer les différents acteurs du secteur permettra de mieux organiser et d’orienter la démarche de prévention des différents risques industriels.

Garantir la mise en œuvre optimale des mesures de préventions

Pour réussir la pérennité de la mise en œuvre des mesures de prévention, il convient de procéder par catégorisation des solutions. Ainsi, trois domaines de prévention sont à considérer : la prévention primaire, secondaire et tertiaire.

La prévention primaire vise le blocage de l’apparition des facteurs de risques. Dans cette approche, pour sursoir aux risques psychologiques vous devrez améliorer les conditions de travail et réorganiser le travail en équipe. De même, pour éviter l’effet des produits dangereux, vous devrez préférer une alternative plus sûre.

La prévention secondaire permet de parer à la survenue des dommages. Sa mise en œuvre permet de garantir la sécurité des personnes en renforçant la capacité des salariés à faire face aux risques. Ainsi, vous devrez rendre les équipements de protection obligatoires pour pallier la survenue des brûlures. De même, une bonne formation en gestion de stress permettra aux employés de mieux gérer les effets du burn-out. La mise en œuvre de cette prévention est facile et rapide.

La prévention tertiaire permet quant à elle de limiter les complications, l’apparition des séquelles et d’éventuelles récidives. Ainsi, vous devrez mettre en place des mesures d’accompagnement psychologiques afin de permettre le rétablissement les victimes de crise.

Le bien-être des salariés doit être une préoccupation majeure au sein du secteur industriel. Il contribue au maintien et à la pérennité des activités au sein de la structure. Prévenir les différents risques encourus par les salariés du secteur industriel permet de booster la productivité.

Pour y parvenir, il est primordial d’identifier les différents risques et d’adopter des mesures de préventions spécifiques. Aussi, il faudra initier des campagnes pour sensibiliser les professionnels sur les différents risques encourus et de hiérarchiser les différentes interventions.     

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.