Selon plusieurs statistiques, la maladie de Parkinson est le second trouble neurodégénératif le plus fréquent au monde. Il débute en général dès l’âge de 45 ans. Bien que sa cause principale demeure encore floue à plusieurs niveaux, plusieurs traitements proposés par des laboratoires pour soulager les patients des effets de cette maladie. Focus sur quelques détails à connaitre à propos de la maladie de Parkinson !

1. La maladie de Parkinson : brève présentation

La maladie de Parkinson est un trouble du système nerveux central qui affecte directement les mouvements entraînant le plus souvent de sérieux tremblements. Les cellules nerveuses du cerveau sont dès lors endommagées. Cela provoque une baisse considérable du taux de dopamine déclenchant ainsi les symptômes de la maladie de Parkinson.

S’agissant des symptômes, le plus fréquent est le tremblement d’une main. Comme expliqué par le laboratoire pharmaceutique oncologie, d’autres symptômes sont également visibles. On pourrait donc observer chez un patient des mouvements lents, une raideur, des pertes d’équilibre, des difficultés à marcher ou à se tenir debout, etc. À cette liste s’ajoutent d’autres signes, dont :

  • une lenteur des mouvements corporels ;
  • des contractions musculaires rythmiques ;
  • des somnolences le matin.

Entre autres, selon des études réalisées par plusieurs laboratoires, dont ever pharma lyon, les patients sont souvent sujets à des cauchemars, des sommeils agités, des difficultés à parler, à réfléchir, à comprendre des choses, etc.

2. Quel traitement pharmaceutique suivre ?

La maladie de Parkinson étant liée à la concentration de dopamine, les traitements reposent donc sur des prises de médicaments affectant le taux de dopamine. Ces traitements sont généralement sous trois formes :

  • la lévodopa (ou L-dopa) ;
  • les agonistes de la dopamine ;
  • les inhibiteurs de la dégradation de la lévodopa.

La lévodopa (ou L-dopa)

Elle est transformée en dopamine dans le cerveau. C’est le traitement de référence de la maladie de Parkinson avec une efficacité irréfutable. Pour que son effet soit plus prolongé, tous les médicaments faits à base de ce composé contiennent également une substance qui inhibe sa dégradation par le cerveau. Le traitement est le plus souvent administré par voie orale.

Les agonistes de la dopamine

Dans le cerveau, les agonistes de la dopamine jouent le rôle de la dopamine. Ils provoquent moins de mouvements involontaires et sont prescrits dans plusieurs cas : chez les jeunes patients, en association avec la lévodopa pour diminuer les doses de lévodopa ou lorsque des fluctuations motrices apparaissent.

Précisons que les agonistes de la dopamine doivent être administrés progressivement jusqu’à une dose maximale tolérée. C’est un type de traitement qui est admis par prise de gélules.

Les inhibiteurs de la dégradation de la lévodopa

Les inhibiteurs de la dégradation de la lévodopa permettent d’avoir un taux assez élevé de lévodopa (et donc de dopamine) dans le cerveau. On en répertorie deux types selon l’enzyme qu’ils bloquent : les inhibiteurs de la COMT et les inhibiteurs de la MAO-B. Ces deux types d’inhibiteurs sont prescrits en association avec la lévodopa lorsque le patient est sujet à des fluctuations motrices.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.