Avez-vous un début de calvitie ? Ou une alopécie récemment diagnostiquée ? La perte de cheveux peut créer de nombreux complexes chez un individu. Que vous soyez hommes ou femmes, ce mal peut énormément vous affecter. Après avoir utilisé les multiples lotions capillaires disponibles, vous n’avez probablement pas eu les résultats escomptés. Heureusement, il existe une alternative connue sous le nom de tricopigmentation pour dissimuler le mal. Ce contenu vous expose l’essentiel à savoir sur la tricopigmentation.

Qu’est-ce que la tricopigmentation ?

La tricopigmentation est une technique de micropigmentation originaire d’Italie. Elle se réalise au cuir chevelu du patient. L’objectif de la tricopigmentation est de cacher les imperfections occasionnées par la perte de cheveux. Elle permet de combler les zones de la tête avec de faibles fibres capillaires. Cette technique est donc parfaite pour camoufler vos imperfections dans le cas de :

  • La pelade ;
  • La calvitie ;
  • L’alopécie ;
  • cicatrices post-transplantation.

Le professionnel en charge de cette intervention sur le patient est le tricopigmentisme. Rendez-vous Sur ce site pour en savoir plus sur la formation en tricopigmentation ou pour contacter un professionnel pour le traitement.

À qui s’adresse la tricopigmentation ?

Beaucoup sont ceux qui croient à tort que la tricopigmentation s’adresse uniquement aux hommes. En effet, les femmes souffrent aussi de la calvitie. D’ailleurs, qu’elle soit naissante ou profonde, ce mal crée plus de perte de confiance et de complexes auprès de la gent féminine. La tricopigmentation intervient alors pour camoufler ces imperfections. Retenez donc qu’elle s’utilise chez tous types d’individus, sans distinction d’âge, de sexe et de couleur.

Quelles sont les contre-indications de la tricopigmentation ?

Comme notifié précédemment, la tricopigmentation s’utilise chez tout type d’individus. Cependant, cette intervention est fortement déconseillée dans les cas suivants :

  • Maladie auto-immune ;
  • Hémophilie ;
  • Épilepsie ;
  • Maladie psychiatrique ;
  • Sclérose en plaques ;
  • Polyarthrite rhumatoïde ;
  • Spondylarthrite ankylosante ;
  • Diabètes de type 1 insulinodépendant ;
  • Allergies à des colorants ou à des substances cosmétiques ;
  • Affections cutanées sur la zone destinées à recevoir le traitement (dermite séborrhéique, eczéma, etc.).

Quel est le déroulement d’une séance de tricopigmentation ?

La technique de la tricopigmentation consiste à introduire des pigments biorésorbables dans l’épiderme d’un patient. Bien entendu, elle respecte une méthodologie qui tient compte de la zone à traiter.

La première étape du processus de tricopigmentation est la consultation préalable du patient. Au cours de cette consultation, le médecin prendra le temps d’examiner le patient pour sa morphologie et sa calorimétrie. Il le soumettra ensuite à un questionnaire pour mieux comprendre ses attentes. Les deux individus pourront alors se mettre d’accord sur l’aspect financier de l’intervention avant d’entrer dans le vif du sujet.

L’appareil utilisé par le tricopigmentiste est le dermographe à microaiguilles. Il permet de réaliser une multitude d’effets en fonction de toutes les situations.

Une séance de tricopigmentation peut prendre entre 2 à 6 heures dépendamment des zones à traiter. Au terme de l’intervention, les résultats obtenus sont naturels et très précis. Le tricopigmentiste laissera au patient quelques conseils et précautions à respecter pendant un temps. Il n’est pas rare que le professionnel décide également de faire quelques retouches après quelques années pour améliorer la qualité de travail.