Le régime Kéto encore dénommé régime cétogène était autrefois indiqué dans la prise en charge de l’épilepsie en pédiatrie. De nos jours, il a le vent en poupe parce qu’il aide à perdre du poids et à améliorer la santé. Il s’agit d’une diète restrictive dans laquelle les proportions habituelles en nutriments changent avec 70 % de lipides, 25 % de protéines et 5 % de glucides. Réussir son régime requiert patience et maîtrise. Pour cela, voici 6 erreurs à éviter pour arriver à bout de votre Kéto diet.

Ne pas réduire ses apports en glucides

Le principe de base du régime Kéto est la réduction de la consommation de glucides dans l’objectif de créer une cétose ; état métabolique dans lequel le corps puise son énergie des lipides.

Ainsi, il est recommandé de consommer au maximum 20 à 50 g de glucides nets par 24 H. Ces derniers sont calculés en retranchant la quantité de fibres contenue dans la quantité totale de glucides consommée.

Sur les étiquettes alimentaires, vérifiez correctement la quantité de glucides contenus de vos achats, car les marques font souvent la différence entre sucres et glucides.

Consommer trop de protéines

Comme pour les glucides, l’apport en protéines doit être modéré, car les protéines sont une source de production de glucose en absence de glucides. L’apport maximal conseillé en protéines est de 0,7-0,9 g de protéines par kilogrammes de poids corporel soit 70 g de protéines/24 h pour un sujet de 70 kg.

Les aliments à privilégier sont :

  • les poissons gras ;
  • les œufs ;
  • les volailles ;
  • et les viandes, etc.

Comme vous le lirez sur vitashine-d3.com, le régime Kéto obéit à des exigences bien définies.

Consommer peu de lipides

La Kéto diet, c’est 80 % de lipides. Le gras est la source d’énergie de l’organisme dans le régime cétogène. En moyenne, il faut consommer 70 à 80 % de bons lipides. Les graisses animales sont celles à privilégier à cause de leur action sur la diminution de l’inflammation.

Les mauvaises graisses à haut risque cardiovasculaire comme les huiles de céréales (riches en oméga-6) et les acides gras hydrogénés sont à bannir. Les acides gras mono ou polyinsaturés comme le beurre, l’huile d’olive ou de coco, le gras animal (maquereau, saumon, etc.), sont ceux à adopter.

Négliger les apports en eau et en minéraux

Durant la Kéto diet, il arrive souvent qu’on soit déshydraté et en manque d’électrolytes (sodium, potassium, magnésium, etc.) par la même occasion. Ces déficiences sont à la base des symptômes de la grippe cétogène. Il est primordial de boire suffisamment d’eau et de consommer des aliments riches en minéraux (avocat, légumes, etc.) durant le régime.

Pour vous supplémenter en vitamines et minéraux, cliquez ici.

Ne pas être endurant

Le régime cétogène est une course de fond. Vous n’obtiendrez pas les résultats escomptés en un seul repas ou en une semaine. L’organisme et vous-même avez besoin de temps pour vous habituer aux changements. Il faudra vous armer de patience et d’efforts dans le respect de votre régime jusqu’à atteindre la cétose.

Il est possible de déterminer si l’on a atteint l’état de cétose en mesurant le taux de cétones dans le sang, les urines ou l’haleine. Vous pourrez ainsi ajuster votre régime soit en réduisant davantage votre apport en glucides ou en augmentant celui en lipides.

Stresser et manquer de sommeil

Ces mauvaises habitudes engendrent des phénomènes hormonaux qui vont agir sur le poids. Le stress et le manque de sommeil sont respectivement responsables de la surproduction de cortisol et de ghréline (hormone de la faim). Ces hormones stimulent l’appétit et entraînent un stockage de graisse.

Le manque de sommeil et le stress sont donc contre-productifs pour votre régime. Un conseil : restez zen et accordez-vous sans culpabiliser vos 7 à 8 heures de sommeil par nuit. 

Les inconvénients du régime Kéto ne sont pas moindres. Il est nécessaire de se faire suivre (médecin, nutritionniste…) afin d’éviter les éventuelles complications qui pourraient survenir : grippe cétogène, carences en oligonutriments, troubles digestifs, calculs rénaux, arthrose, ostéoporose, etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.